Publicité

Présidentielle américaine 2024 : primaires, caucus et conventions, les dates à retenir avant l’élection

Découvrez les dates importantes pour l’élection présidentielle américaine 2024 (image d’illustration).
Bloomberg / Bloomberg via Getty Images Découvrez les dates importantes pour l’élection présidentielle américaine 2024 (image d’illustration).

ÉTATS-UNIS - C’est dans tout juste onze mois. Le 6 novembre 2024, les Américains se réveilleront avec un président tout juste (ré)élu. À ce jour, ils sont quatre à concourir dans le camp démocrate, dont l’actuel locataire de la Maison Blanche Joe Biden qui va tenter de rempiler pour un mandat supplémentaire. Côté républicain, neuf personnalités sont en lice dont l’ancien président Donald Trump qui domine largement les intentions de vote.

Débats, primaires, caucus, conventions... Découvrez ci-dessous les dates-clés à retenir pour les prochains mois.

• 6 décembre 2023, le quatrième débat républicain

Si aucun débat n’a été organisé à ce jour entre les candidats démocrates qui se battent pour l’investiture du parti, quelques-uns des candidats du parti républicain vont se retrouver pour la quatrième et dernière fois le mercredi 6 décembre dans l’Alabama. Donald Trump a jusqu’à présent boycotté chaque rendez-vous. Il en sera de même ce mercredi

• De janvier à juin, les primaires et caucus

Pendant six mois, les candidats des deux camps vont participer aux primaires ou caucus de chaque État américain afin d’obtenir l’investiture de leur parti respectif. Pour faire simple, les primaires se déroulent comme une élection classique ouverte à tous, tandis que les caucus s’organisent sous forme de réunion de militants. C’est à l’issue de ce processus qu’est désigné, à l’été, le candidat qui représentera son parti pour l’élection générale de novembre.

15 janvier : premier caucus pour le parti républicain, dans l’Iowa. Le vote par correspondance côté démocrate va commencer le même jour, mais le vote en personne aura lieu en mars. C’est le compromis qu’ont trouvé les responsables locaux du parti et les démocrates au niveau national, Joe Biden voulant mettre fin aux caucus qu’il juge injustes pour les travailleurs ne pouvant pas se libérer le jour demandé. Cette décision marque la fin d’une tradition de 50 ans faisant de l’Iowa le premier État à voter pour la présidentielle.

23 janvier : première primaire dans le New Hampshire. Cet État a décidé d’ignorer les demandes du parti de Joe Biden, qui réclamaient un changement dans l’ordre des États organisant les primaires. Il faut dire que le New Hampshire est depuis 123 ans la « first-in-the-nation primary » (première primaire de la nation), principe d’ailleurs inscrit dans sa loi. Joe Biden a prévenu qu’il ne se présenterait pas dans cet État pour privilégier la Caroline du Sud.

3 février : primaire en Caroline du Sud pour le parti démocrate. Le président avait réclamé que la première primaire du cycle électoral soit organisée dans État. Ici, la population est plus diverse ce qui permettrait notamment aux Afro-Américains, plus favorable à Joe Biden, de s’exprimer plus tôt. La primaire républicaine en Caroline du Sud aura lieu le 24 février.

5 mars : Super Tuesday. Le mardi le plus chargé de l’année, avec les deux partis organisant leurs primaires et caucus dans 14 États simultanément : Alabama, Arkansas, Californie, Colorado, Maine, Massachusetts, Minnesota, Caroline du Nord, Oklahoma, Tennessee, Texas, Utah, Vermont et Virginie. Aura également lieu la primaire républicaine en Alaska, ainsi que les caucus des démocrates aux Samoas et dans l’Iowa.

4 juin : dernières primaires pour la présidentielle 2024. Les États concernés sont Washington DC (uniquement pour le parti démocrate, celle des républicains aura lieu le 3 mars), le Montana, le New Jersey, le Nouveau-Mexique et le Dakota du Sud.

8 juin : derniers caucus aux îles Guam et aux îles Vierges, seulement pour le parti démocrate. La liste détaillée des dates des votes par État est disponible ici.

• Juillet et août : les conventions

Du 15 au 18 juillet : convention républicaine où le nom du, ou de la candidate, qui représentera le parti pour l’élection générale sera annoncé. L’événement est prévu à Milwaukee, dans le Wisconsin. Cet État est qualifié de « swing state », c’est-à-dire qu’il peut voter aussi bien républicain ou démocrate en novembre. C’est d’ailleurs dans le Wisconsin que les démocrates avaient tenu leur convention lors de la présidentielle 2020.

Du 19 au 22 août : convention des démocrates à Chicago, dans l’Illinois. Cet État, comme le Wisconsin, le Michigan ou le Minnesota, a été crucial dans la victoire de Joe Biden contre Donald Trump en 2020 et lors des élections de mi-mandat en 2022, a justifié le parti pour expliquer ce choix.

• Les débats présidentiels

Après les conventions vient l’heure de la dernière ligne droite de la campagne présidentielle. Trois débats sont prévus entre le candidat démocrate et le candidat républicain : le 16 septembre au Texas, le 1er octobre en Virginie, et enfin le 9 octobre dans l’Utah. Si un candidat indépendant ou d’un autre parti respecte les critères, il peut également participer. Dans les faits, c’est extrêmement rare.

Un débat entre les candidats à la vice-présidence sera également organisé le 25 septembre en Pennsylvanie.

• Le jour de l’élection

La loi l’oblige, l’élection du président des États-Unis a lieu le mardi suivant le premier lundi de novembre. En 2024, cela correspond au 5 novembre. Les résultats sont annoncés au compte-gouttes tout le long de la soirée, et il faut parfois rester éveillé tard pour connaître le gagnant dans le cas d’un vote serré.

Si le vote a lieu en novembre, le futur président (dans le cas où Joe Biden n’est pas réélu) ne prendra ses fonctions que trois mois plus tard pour respecter une période de transition.

• En 2025, l’investiture

Le président élu ou réélu prêtera serment le 20 janvier 2025, le jour de l’investiture. Si Joe Biden n’est pas réélu, son successeur prendra sa place dans le Bureau ovale à cette date.

À voir également sur Le HuffPost :

Présidentielle américaine 2024 : Mike Pence, ancien vice-président de Trump, retire sa candidature

En Floride, la police a saisi une quantité de Fentanyl « pouvant tuer 5 millions de personnes »