Publicité

Pour le président émirati de la COP28, sortir des énergies fossiles ramènerait l’humanité “à l’âge des cavernes”

C’est une phrase choc qui crée l’émoi en pleine COP. Dans une vidéo datée du 21 novembre et diffusée dimanche par le Guardian, le président émirati de la 28e conférence des Nations unies sur le climat, Sultan Al-Jaber, affirme qu’il n’existe “aucune étude scientifique” indiquant qu’une élimination progressive des énergies fossiles est nécessaire pour limiter le réchauffement à 1,5 °C.

Ces propos polémiques ont été tenus lors d’un “échange tendu” avec l’ex-présidente irlandaise Mary Robinson, à l’occasion d’un forum en ligne organisé par l’initiative She Changes Climate, rapporte le quotidien pakistanais Dawn.

“Montrez-moi la feuille de route d’une sortie des énergies fossiles qui soit compatible avec le développement socio-économique sans ramener l’humanité à l’âge des cavernes”, a lancé le président de la COP, qui cumule ses fonctions avec celles de patron de la compagnie pétrolière nationale Adnoc. “Je ne souscrirai en aucun cas à des discussions alarmistes. Aucune étude scientifique, aucun scénario ne dit que la sortie des énergies fossiles nous permettra d’atteindre 1,5° C. 1,5° C est mon étoile du Nord”, dit-il, tout en reconnaissant que la “réduction et la sortie des énergies fossiles” sont “inévitables” à terme.

Sultan Al-Jaber s’en tient à la ligne qu’il a maintenue à chaque prise de parole, consistant à dire depuis le mois de juin qu’il fallait d’abord construire le système énergétique de demain avant d’abandonner les énergies fossiles.

“Fureur” des climatologues

Le rôle futur des énergies fossiles est “l’une des questions les plus controversées auxquelles les pays sont confrontés lors de la COP28”, rappelle CNN. “Alors que certains font pression pour une ‘suppression progressive’, d’autres réclament que soit utilisé un langage plus modéré en employant le terme de ‘réduction progressive’.”

Des rapports scientifiques ont pourtant “montré que les énergies fossiles doivent être rapidement réduites pour maintenir le réchauffement climatique au-dessous de 1,5 °C, […] seuil au-dessus duquel les scientifiques préviennent qu’il sera plus difficile pour les humains et les écosystèmes de s’adapter”, note le site de la chaîne américaine.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :