Publicité

Pourquoi vend-on certains produits par 6 ou par 12 ?

Ce système, dit duodécimal, est encore largement utilisé aujourd’hui dans de nombreux domaines : astrologie et astronomie, découpe des journées en deux fois douze heures, etc. Cependant, son utilisation la plus courante est bel et bien dans le domaine du conditionnement des produits alimentaires, les fameuses douzaines et demi-douzaines, qui remontent au Moyen Âge.

À l’époque, pas de calculatrice, encore moins de smartphone, on utilise donc les mains ! Cependant, celles-ci n’ont pas douze doigts, nous direz-vous… Il faut se pencher sur la méthode de calcul duodécimale, qui part du pouce, et qui décompte le nombre de phalanges sur la main. Ainsi, il est possible pour le commerçant de tenir un panier dans une main, et de compter dans l’autre. On comptait alors les phalanges des quatre autres doigts de la main, à raison de trois phalanges par doigt. Cela offrait par ailleurs des facilités pour diviser, ajouter des quantités… le tout de tête et avec une seule main. Il fallait des multiples faciles à calculer : c’est donc le chiffre douze qui s’est imposé.

La pratique date du Moyen Âge, époque où les produits étaient vendus en vrac. L’avènement du commerce de gros, au XIXe siècle, puis le développement des grandes surfaces, aurait pu sonner le glas d’une telle méthode de comptage. Cependant, elle a été conservée pour des raisons à la fois pratiques (stockage et transport facilités pour le commerçant et pour l’acheteur) et purement commerciales. Dans les grandes surfaces, la présentation (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Pourquoi la laine gratte-t-elle la peau ?
Avale-t-on vraiment des araignées pendant notre sommeil ?
Un frigo consomme-t-il plus lorsqu’il est plein ou vide ?
Pourquoi les hommes ont-ils des tétons ?
La plus vieille soupe du monde a presque 70 ans : peut-on en manger sans s'inquiéter ?