Publicité

Pourquoi les rebelles houthis au Yémen menacent le commerce maritime mondial

Le week-end du 18 novembre en mer Rouge, un commando de houthis est héliporté sur le cargo Galaxy Leader  appartenant à un homme d'affaires israélien.   - Credit:HOUTHIS MEDIA CENTER / HANDOUT / ANADOLU / Anadolu via AFP
Le week-end du 18 novembre en mer Rouge, un commando de houthis est héliporté sur le cargo Galaxy Leader appartenant à un homme d'affaires israélien. - Credit:HOUTHIS MEDIA CENTER / HANDOUT / ANADOLU / Anadolu via AFP

Un nouveau front périphérique dans la guerre entre Israël et le Hamas ? Le 31 octobre, les rebelles houthis au Yémen tiraient plusieurs missiles contre l'État hébreu. Un acte visant à soutenir le groupe terroriste palestinien, pilonné par l'armée israélienne dans la bande de Gaza depuis sa sanglante attaque du 7 octobre.
Les houthis, qui contrôlent la majeure partie du Yémen et sont soutenus par l'Iran, attaquent désormais les bateaux naviguant en mer Rouge, faisant peser un réel risque d'escalade dans une région où les navires de la marine américaine patrouillent régulièrement.

À LIRE AUSSI Nouvel ordre mondial : faut-il craindre un embrasement généralisé ?

Trois navires attaqués

« Aujourd'hui, quatre attaques ont eu lieu contre trois navires commerciaux distincts opérant dans les eaux internationales du sud de la mer Rouge. » Dimanche 3 décembre, le commandement central des États-Unis résume dans un post sur X (ex-Twitter) la journée passée par l'équipage du destroyer USS Carney. Ce dernier détecte à 9 h 15 le tir d'un « missile balistique antinavire » visant le cargo Unity Explorer. L'engin explose à proximité du navire. Puis vers midi, l'USS Carney abat un drone qui se dirigeait vers sa position.

Nouvelle alerte une demi-heure plus tard, l'Unity Explorer est cette fois touché par un missile, tandis que le bâtiment de guerre américain détruit un nouveau drone. Puis à 15 h 30 et 16 h 30, deux autres navires sont, eux aussi, touchés par un missile, avant que [...] Lire la suite