Publicité

Pourquoi le poisson est un aliment à consommer sous conditions

Bonne source de vitamines, de nutriments et d'acides gras, les poissons cumulent les avantages. Mais la pollution des océans ou le mode d'élevage peuvent en altérer les qualités.

Cet article est extrait du mensuel Sciences et Avenir - La Recherche n°923, daté janvier 2024.

Bar, sole, lotte… Les fêtes de fin d'année étaient une bonne occasion de laisser de côté chapon et gibier pour mettre à l'honneur le poisson dans nos assiettes. Avec raison, car il possède de multiples vertus nutritionnelles. Mais sa chair délicate et iodée séduit aussi tout au long de l'année. Les Français en consomment en moyenne 33,5 kg par habitant et par an. Avec une préférence, en matière de poisson frais, pour le saumon, le cabillaud et le lieu noir. Toutefois, tout n'est pas toujours bon dans le poisson. La pollution des océans ainsi que le mode d'élevage sont à prendre en compte. Revue de détails.

Une bonne source d'iode et de vitamine D…

Certains poissons apportent de grandes quantités d'iode, indispensable à la fabrication des hormones thyroïdiennes. C'est le cas de l'églefin qui en fournit 260 microgrammes pour 100 g, soit presque deux fois plus que les apports nutritionnels conseillés (fixés à 150 µg par jour pour un adulte), du mulet (190 µg/100 g) ou encore du cabillaud (110 µg/100 g). Consommer du poisson contribue aussi aux apports en vitamine D, qui, outre des actions sur le métabolisme osseux, régule la transmission nerveuse, la contraction musculaire et le système immunitaire. L'espadon en renferme 16,6 µg/100 g (l'équivalent des apports quotidiens conseillés chez l'adulte) ; la sardine, 7,56 µg/100 g et le saumon fumé, 5,45 µg/100 g.

… et de nombreux autres nutriments

La chair de poisson est une source appréciable de phosphore (240 mg/100 g de cabillaud cuit à la vapeur), de potassium, de zinc (0,58 mg/100 g de sole rôtie), de cuivre et de sélénium (50 µg /100 g de rouget-barbet). Pour 100 g de sardines à l'huile, comptez également 1,97 mg de fer, 333 mg de calcium, 1,44 mg de vitamine E et 13,6 µg de vitamine B12.

Leurs acides gras, protecteurs de nombreuses affections

Les poissons dits bleus (ou gras, hareng, sardines, saumon, etc.) sont intéressants[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr