Pourquoi l'organisation de la Coupe du monde au Qatar fait polémique ?

Depuis l'attribution de la Coupe du monde au Qatar, en 2010, environ 6500 travailleurs indiens, pakistanais, népalais, bangladais et sri lankais seraient morts à cause des conditions de travail déplorables. (REUTERS)

L'organisation de la Coupe du monde de football au Qatar suscite de nombreuses polémiques depuis plusieurs années. Corruption, droits de l'homme, environnement... Yahoo fait le point.

À partir de dimanche, le Qatar va accueillir la 22e Coupe du monde de football. 12 ans après avoir remporté l'attribution du tournoi suprême, les polémiques se sont enchaînées dans le petit émirat du Moyen-Orient.

La première polémique est arrivée très rapidement après l'attribution du Mondial 2022 au Qatar, c'est-à-dire en décembre 2010. Alors que les États-Unis étaient les grands favoris, le Qatar a surpris tout le monde lorsqu'il a été désigné pays hôte. C'est alors que des enquêtes judiciaires ont été ouvertes en Suisse, aux Etats-Unis ou encore en France. Des rumeurs de pots-de-vin versés pour l'attribution du Mondial au Qatar ont très vite circulé. Des dirigeants de la Fifa auraient reçu de l'argent pour voter en faveur du Qatar, selon un document publié par le procureur fédéral de Brooklyn. Plusieurs médias affirment également, sur la base de documents ou de témoignages, que des dirigeants de la Fifa ont été payés pour choisir le Qatar lors du scrutin.

Des soupçons de corruption

De plus, un déjeuner organisé à l'Élysée quelques jours avant l'attribution de la Coupe du monde au Qatar est au coeur des soupçons. Présents lors de ce déjeuner : Nicolas Sarkozy, alors président de la République, Michel Platini, alors président de l'UEFA, Tamim ben Hamad al Thani, prince héritier du Qatar devenu depuis émir et Hamad ben Jassem al Thani, premier ministre qatari de l'époque. Moins de 10 jours plus tard, la péninsule du gole persique était donc désigné pour accueillir la compétition avec le soutien inattendu de Michel Platini.

Six mois après, le PSG est racheté par le fonds Qatar Sports Investments (QSI) à Colony Capital, un fonds d'investissement américain dont le représentant en France était Sébastien Bazin, un homme d'affaires proche de Nicolas Sarkozy. À la fin de cette année 2011, Laurent Platini, le fils de Michel, est recruté comme DG de l'équipementier qatari Burrda Sport, filiale de QSI. Tant de coïncidences qui font douter les enquêteurs, mais aucune mise en examen n'a été prononcée alors que les enquêtes se poursuivent. Depuis, la Fifa a modifié le mode de désignation du pays hôte, qui passe du comité exécutif au congrès, c'est-à-dire qu'il faut maintenant convaincre 209 décideurs et non plus 27.

Une Coupe du monde... en hiver

Une des autres controverses liées à cette organisation de la Coupe du monde est le lieu de cette édition 2022. Si la Fifa a toujours souhaité répartir les organisations de la plus prestigieuse des compétitions de football, le choix du Qatar pose souci par rapport au climat désertique. Les étés étant beaucoup trop chauds au Moyen-Orient, ce Mondial ne peut se dérouler qu'en hiver, rompant pour la première fois la tradition de cet événement estival.

Un scandale écologique

Si le ministre de l’Environnement du Qatar avait déclaré en 2018 que le Mondial aurait "un bilan carbone neutre", il n'en est rien. Tout d'abord, il y a eu la construction de 8 stades, le premier métro du pays, et une ville entière, Lusail, ayant coûté 45 milliards de dollars.

Un autre problème est le manque de tradition football dans ce pays de 2,7 millions d'habitants. Le pays n'a jamais pris part à la moindre Coupe du monde. Si ce fait peut sembler anecdotique, construire autant de stades dans un si petit pays qui ne suit que très peu le football pose question. Que faire de tous ces stades construits et notamment des 80 000 places du stade de Lusail une fois que le Mondial sera terminé ? Un tel investissement pour seulement 64 matchs est ainsi vu comme une catastrophe écologique.

Si cette Coupe du monde se déroule en hiver, l'hiver du Moyen-Orient n'a rien à voir avec celui que nous connaissons en France. Les températures sont comprises entre 18 et 24 degrés et peuvent parfois atteindre les 30 degrés. Bien que les joueurs aient l'habitude de jouer avec des telles températures, le pays a décidé de les mettre dans les meilleures conditions possibles en climatisant les stades, alors que ceux-ci sont à ciel ouvert.

Non-respect des droits de l'Homme

La question des droits de l'Homme est sans doute celle qui a fait le plus polémique concernant l'attribution du Mondial au Qatar. En plus de 10 ans de travaux dans l'État du désert a accumulé les abus et violations graves et généralisées des droits du travail comme des "paiements de frais de recrutement exorbitants et illégaux non remboursés", des "escroqueries par des employeurs aux pratiques abusives", des "horaires excessifs", du "travail forcé", des "décès qui ont rarement fait l’objet d'investigations" et n'ont pas entraîné d'indemnisation pour les familles des victimes, indique un rapport de l'ONG Amnesty International du mois de mai dernier.

De très nombreux ouvriers étrangers ont été contraints de travailler sous un soleil de plomb avec des températures dépassant parfois les 45 degrés, dans des conditions qualifiées d'esclavagisme moderne. Quand ils ne meurent pas, les travailleurs étrangers doivent souvent attendre longtemps avant de toucher leur salaire, travaillent pour des salaires bas et sont logés par les employeurs dans des logements insalubres.

Il est très difficile de chiffrer précisément le nombre de travailleurs immigrés décédés, la Qatar annonçant "seulement" 37 morts. En 2014, The Guardian parlait d'un décès tous les 2 jours chez les travailleurs népalais et même un décès par jour si on ajoute les morts de travailleurs originaires d'Inde, du Bangladesh et du Sri Lanka. Aujourd'hui, le média britannique parle de 6 500 travailleurs migrants décédés sur les chantiers de construction des infrastructures.

Interdiction stricte des relations sexuelles ?

De plus, l'homosexualité est interdite au Qatar et les relations homosexuelles sont punies de peine de prison. En mai 2022, des médias scandinaves ont révélé que 3 hôtels sur 69 agréés par la Fifa refusaient de loger des personnes homosexuelles. La Fifa a donc averti ces partenaires que s'ils n'acceptaient pas les homosexuels, leurs contrats seraient résiliés.

De même que le tabloïd britannique Daily Star indiquait au mois de juin que "le Qatar [interdirait] les relations sexuelles entre personnes non mariées" et pas seulement entre personnes homosexuelles. Mais une porte-parole de la Fifa a démenti l'information en assurant que "la Fifa et les représentants du pays hôte ont exprimé à plusieurs reprises leur engagement à garantir la sécurité et l’accueil chaleureux de tous les participants à la Coupe du Monde de la Fifa" et que "la vie privée des personnes sera respectée".

VIDÉO - Foot - Bleus : Deschamps « La liberté d'expression appartient à chacun »