Pourquoi les non-fumeurs sont deux fois plus atteints du cancer du poumon qu’il y a 20 ans ?

·2 min de lecture
De plus en plus de cancers du poumon sont causés par des facteurs professionnels ou environnementaux. (AFP via Getty Images)

Le cancer du poumon est en progression depuis plusieurs années et le pourcentage de non-fumeurs atteints a presque doublé en 20 ans, alertent des pneumologues français. Explications.

Au delà des chiffres, c'est l'inquiétude des médecins qui progresse. Réunis en congrès ce week-end à Lille, les pneumologues français ont alerté sur deux phénomènes concernant le cancer du poumon : le nombre grandissant de femmes en étant victimes et l'augmentation du nombre de non-fumeurs étant touchés. Concernant les femmes, c'est le tabagisme qui est en particulier responsable de l'augmentation du nombre de cas. Aux États-Unis, il s'agit de la première cause de mortalité par cancer chez les femmes et ce sera sans doute également le cas en France dans les années à venir.

Mais c'est un autre constat qui inquiète particulièrement les pneumologues français. Si une très grande majÉrité de ces cancers sont liés au tabac, de plus en plus de non-fumeurs sont touchés. En 2000, 7,2% des malades n'avaient jamais fumé, en 2010 ce pourcentage était de 10,9 % et il est passé à 12,6% en 2020.

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Un fumeur pollue encore les non-fumeurs autour de lui 5 minutes après la fin de sa cigarette"

Pollution et amiante

Outre le facteur génétique, cette augmentation est liée en partie à la pollution de l'air. Selon la Fondation pour la recherche sur le cancer, "le lien entre la pollution de l'air et le cancer du poumon est bien établi : 6 à 11 % des décès par cancer du poumon seraient attribuables à l'exposition chronique aux particules fines". D'après la Ligue contre le cancer, "8 à 10 % des cancers du poumon sont causés par l'inhalation d'amiante, associée ou non au tabac." Très cancérigène, l'amiante est interdit en France seulement depuis le 1er janvier 1997.

À LIRE AUSSI >>> Pourquoi les cancers professionnels ne cessent d'augmenter ?

L'autre enseignement de cette étude est que ce cancer est très longtemps asymptomatique et les diagnostics sont établis trop tardivement. Dans plus de 60 % des cas, les cancers du poumons sont dépistés à des stades très avancés et il est trop tard pour les soigner. Lorsqu'il est pris en charge à un stade précoce avec une tumeur de moins d'un centimètre, les chances de survie à 5 ans sont de 90%.

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "Le cancer du poumon est devenu un fléau. Il est dans les trois premiers cancers de l’homme et de la femme"

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles