Pourquoi les météorites ne tombent-elles jamais sur les villes ?

© Pixabay

Mais si, cela arrive ! Ce phénomène est simplement très rare. Sur les cinquante dernières années, on a recensé une dizaine de cas de chutes de météorites sur des lieux habités, par exemple en 1954, aux Etats-Unis, à Sylacauga (Alabama), et en 1971, à Wethersfield (Connecticut). Plus récemment, le 9 octobre 1992, à Peekskill, à 40 km de New York, une météorite de 12 kg a percuté le coffre de la voiture de Michelle Knapp, et le 26 mars 2003, à Park Forest, près de Chicago, un ovni de 10 cm a traversé le bureau de Colby Navarro et s’est écrasé sur son imprimante. Quant à Philippe et Brenda Archer, ils gardent un souvenir ému du 13 juin 2004, quand un caillou de 1,3 kg a troué le plafond de leur maison, en Nouvelle-Zélande !

Sur les 190 structures d’impact connues sur Terre, plus de la moitié se trouvent en Amérique du Nord et en Europe. Mais c’est surtout parce que la recherche s’est concentrée dans les pays occidentaux, explique Sylvain Bouley, planétologue à l’université de Paris-Saclay. Aujourd’hui, la majorité des cratères sont détectés par image satellite « mais il faut encore se rendre sur place pour confirmer leur nature », pointe-t-il, et les moyens alloués sont plus limités en Afrique ou en Amérique du Sud. Cependant, dans les prochaines années, les confirmations devraient se multiplier.

Autres limites : la végétation dense d’Amérique du Sud ou d’Afrique équatoriale qui peut gêner l’observation satellite, des territoires inexplorés car inhabités telle la Sibérie, ou des (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Voie lactée : découverte des étoiles les plus lointaines jamais observées
Que mesurent vraiment les tests de QI ?
Eau, énergies, climat : quand la nature inspire les chercheurs
De la poussière de Lune ramenée sur Terre contiendrait de l'eau issue de vent solaire
On sait enfin comment se forment les « pierres zen » du lac Baïkal