Pourquoi l’AJ Auxerre est restée dans le cœur des Français

Djibril Cissé et Guy Roux, deux figures iconiques de l'AJ Auxerre.
Djibril Cissé et Guy Roux, deux figures iconiques de l'AJ Auxerre.

Le 20 mai 2012, l'AJ Auxerre disputait son dernier match de Ligue 1 dans une ambiance chaotique face à Montpellier, qui filait de son côté vers un titre historique. Après 32 saisons consécutives dans l'élite et de nombreux moments mémorables, le petit village gaulois, façonné non pas par Astérix et Obélix mais bien par Guy Roux, sombrait en deuxième division. La chute a été difficile, avec notamment deux rachats consécutifs, d'abord par un fonds d'investissement luxembourgeois puis un groupe chinois, ORG Packaging. Néanmoins l'AJA a fini par retrouver de la stabilité et peut se projeter enfin vers la Ligue 1.

Du côté du stade Abbé-Deschamps, la flamme est revenue. Les trois derniers matchs de la saison à domicile se sont tenus à guichets fermés. Reste maintenant à passer l'obstacle Saint-Étienne en barrage… Avant cette échéance face aux Verts, voici cinq raisons qui expliquent pourquoi l'AJA reste une équipe à part dans le football français.

Guy Roux, architecte et père (très) protecteur

Quand on pense à Auxerre, difficile de ne pas l'associer immédiatement à ce club. À l'image de Louis Nicollin avec Montpellier, Guy Roux aura été l'homme d'un club. Entraîneur de l'AJA de 1961 à 2005, avec une petite pause lors de la saison 2000-2001, le coach emblématique a su se faire un nom avec ses qualités de formateur, son franc-parler et ses titres, comme le doublé historique championnat-coupe en 1996. En 1993, Fidel Castro lui avait même proposé de devenir sélectionne [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles