Publicité

Pourquoi les femmes noires meurent plus du cancer du sein

Parmi les femmes atteintes de cancer du sein, la mortalité est plus importante chez les femmes noires. Une différence qui s'explique par des spécificités moléculaires.

Peu importe le type de cancer, parmi la population globale, les personnes noires sont celles dont le taux de mortalité est le plus élevé. Ces résultats sont généralement expliqués par un accès moins facile aux structures de santé et une hygiène de vie moins bonne. Mais une étude parue dans la revue a trouvé des différences significatives entre les processus moléculaires de l'ADN des femmes noires et des femmes blanches.

"Chez les femmes en général, les trois cancers les plus fréquents sont les cancers du sein, du poumon et le cancer colorectal. Le cancer du sein représente 32% des diagnostics de cancers. Chez les femmes noires, le cancer du sein ER+, à récepteurs d'œstrogènes positifs, est le sous-type de cancer du sein le plus fréquemment diagnostiqué", expliquent les chercheurs, qui se sont donc concentrés sur ce type de cancer en particulier et qui sont partis d'un constat : les femmes noires ont 42% de plus de risques de mourir de ce type de cancer que les femmes blanches. "Il existe des facteurs liés au mode de vie et des facteurs socio-économiques qui contribuent à cette disparité (comme l'accès aux structures de santé) mais ils ne suffisent pas à expliquer totalement cette différence", explique Svasti Haricharan, professeure en biologie moléculaire au Sanform Burnham Prebys, un institut de recherche médicale à but non lucratif en Californie. "La société a intériorisé le fait que les facteurs liés au mode de vie sont responsables des différences sur le plan de la santé pour les personnes "racialisées". La plupart des scientifiques ne regardent pas les différences au niveau moléculaire", déplore la chercheuse. "De plus, cela donne le sentiment aux personnes malades qu'elles sont en faute à cause de leur mode de vie. Mais nous voyons maintenant que c'est plus compliqué que cela." Toutefois, plusieurs obstacles surviennent quand les chercheurs tentent de travailler sur ces disparités, notamment le manque de données sur l'historique de santé des patientes non bla[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi