Publicité

Pourquoi ces astronomes ont baptisé leurs étoiles « vieilles fumeuses »

Ce nouveau type d’étoile se cache dans sa fumée
iosebi meladze / Getty Images/iStockphoto Ce nouveau type d’étoile se cache dans sa fumée

ESPACE - Attention aux poumons ! Au crépuscule de leur existence, des étoiles passent inaperçues, avant de lâcher un nuage de gaz et de poussière leur valant le surnom de « vieilles fumeuses », selon des astronomes qui rapportent vendredi 26 janvier la découverte de ces astres au cœur de la Voie lactée.

Pour la Nasa, l’explosion de cette station spatiale gonflable est aussi fascinante que prometteuse

« Ces vieilles étoiles se tiennent tranquilles pendant des années ou des décennies, avant de lâcher comme des nuages de fumée de façon complètement inattendue », explique Dante Minniti de l’Université chilienne Andrés Bello, dans un communiqué.

Elles sont si pâles et rouges « qu’on ne peut parfois pas les voir du tout », selon ce professeur, co-auteur de l’étude parue dans les Monthly Notices de la Royal Astronomical Society britannique. Leur comportement « singulier » n’avait jamais été observé auparavant, précise à l’AFP l’astrophysicien Philip Lucas, principal auteur de l’étude et professeur à l’Université britannique de Hertfordshire.

L’équipe internationale d’astronomes cherchait au départ de jeunes étoiles, dans le cadre d’un programme d’observation de 10 ans, qui leur a permis de découvrir de nombreuses proto-étoiles (des étoiles naissantes). Mais il leur a aussi offert une « jolie surprise », selon le l’astrophysicien, avec la découverte d’au moins 21 « vieilles fumeuses ». Elles se trouvent au centre de la Voie lactée, dans une région appelée disque nucléaire stellaire, qui abrite une grande concentration d’étoiles.

Nouveau genre de géantes rouges

Les « vieilles fumeuses » seraient un nouveau genre d’étoiles géantes rouges, des astres en fin de vie qui acquièrent à ce stade une grande taille et une faible température de surface. « Ce qui est surprenant dans cette découverte est d’observer des étoiles qui se tiennent tranquillement sans rien faire », commente Philip Lucas. Et puis soudainement, leur luminosité apparente a diminué de 40 à 100 fois, au point d’être quasiment indétectables par les télescopes. Quelques années plus tard, et sans prévenir, elles retrouvent leur luminosité originelle.

« Tout ce que nous avons pu apprendre à leur sujet suggère que ces étoiles expulsent des nuages de fumée (...) pour des raisons qui nous échappent », poursuit le professeur Lucas. Ces nuages, constitués de gaz et de poussières, seraient responsables de la baisse de luminosité de l’étoile, en l’obscurcissant aux yeux d’un observateur.

Leur activité s’exerce dans une région de la galaxie qui est riche en éléments lourds, et à laquelle ces étoiles contribuent peut-être. « La matière éjectée par les vieilles étoiles joue un rôle clé dans le cycle de vie des éléments, en aidant à former de nouvelles générations d’étoiles et de planètes », développe le professeur Lucas. En l’occurrence, la matière émise et dispersée par les « vieilles fumeuses » devrait enrichir le milieu interstellaire, dans lequel naissent de nouvelles étoiles. Mais les scientifiques n’ont pas encore de réponse définitive sur le sujet. « Nous essayons jusqu’ici de comprendre ce qui aurait le plus de sens », se contente de conclure Philip Lucas.

À voir également sur Le HuffPost :

L’hélicoptère Ingenuity de la Nasa ne volera plus sur Mars, il aura effectué 72 vols

Le Japon a fait appel au fabricant des jouets Pokémon pour sa mission sur la Lune