Publicité

Pourquoi les éclipses de soleil captivent les artistes depuis toujours

Pourquoi les éclipses de soleil captivent les artistes depuis toujours

Environ un quart des citoyens américains devraient observer l'éclipse solaire totale du 8 avril, sans compter les nombreux observateurs du ciel qui viendront de l'étranger pour l'occasion.

Mais pourquoi cet événement, qui se reproduira en 2044, suscite-t-il autant d'attention parmi la population et sur les plateformes d'information et de streaming les plus populaires ?

Outre le fait qu'il se déroule dans un pays connu pour sa tendance à promouvoir n'importe quel événement qui rapporte de l'argent, un bref coup d'œil sur la manière dont les éclipses ont été représentées dans l'art et la littérature nous montre qu'elles ont toujours fait partie de l'imaginaire collectif.

Représentations artistiques à travers les âges

"L'Érection de la croix" de Pierre Paul Rubens
"L'Érection de la croix" de Pierre Paul Rubens - Credit: Wikimedia Commons

Depuis l'Égypte ancienne, les éclipses ont presque toujours été considérées comme de mauvais présages. Pour cette civilisation très religieuse, si le soleil disparaissait soudainement du ciel, cela signifiait que les dieux se livraient à des activités maléfiques.

De façon similaire, les peintres de la Renaissance, comme Pierre Paul Rubens, ont inclus des éclipses dans des représentations de la crucifixion du Christ, symbole de l'espoir effacé par les ténèbres.

Le peintre expressionniste autrichien Egon Schiele y fait référence dans son tableau de 1907 intitulé "Crucifixion avec soleil obscurci", où la seule lumière de la scène émane d'un second soleil fantomatique : l'auréole du Christ.

Crucifixion avec soleil obscurci par Egon Schiele
Crucifixion avec soleil obscurci par Egon Schiele - Credit: Sotheby's Images

Dans la tragédie de William Shakespeare "Le Roi Lear" (1605), Gloucester observe : "Ces dernières éclipses de soleil et de lune ne nous présagent rien de bon".

Un demi-siècle plus tard, en 1652, le diariste John Evelyn disait d'une éclipse solaire qu'elle "avait tellement alarmé toute la nation que presque personne ne voulait travailler, ni sortir de chez soi, tant ils étaient abusés par des astrologues ignorants et malhonnêtes".

Sam Worthington dans "Avatar : La voie de l'eau" (2022)
Sam Worthington dans "Avatar : La voie de l'eau" (2022) - Credit: 20th Century Studios/Lightstorm Entertainment

Plus récemment, les éclipses ont été très présentes dans la culture populaire, de Stephen King à Stephenie Meyer en passant par le blockbuster "Avatar : la voie de l'eau".

Si, dans la plupart des oeuvres, ces phénomènes sont encore perçus comme de mauvais présages, une lumière jaillit parfois de l'obscurité.

Virginia Woolf, qui a vécu une éclipse solaire en 1927, décrit dans son journal la plongée initiale dans l'obscurité : "Soudain, la lumière s'est éteinte. Nous étions tombés. Elle était éteinte. La terre était morte".

Puis, alors que la terreur initiale se dissipe, la couleur revient : "D'abord avec un scintillement miraculeux et un caractère éthéré, ensuite presque normalement, mais avec un grand sentiment de soulagement. C'était comme un rétablissement".