Publicité

"Pas possible de fermer les yeux": Fabien Onteniente ne souhaite plus tourner avec Gérard Depardieu

"C'est trop cracra pour moi, ce n'est pas dans mes valeurs, c'est épouvantable." Vendredi 8 décembre, sur franceinfo, le réalisateur français Fabien Onteniente a affirmé qu'il ne tournerait plus avec le comédien Gérard Depardieu, mis en examen pour viols et agressions sexuelles après la plainte d'une jeune actrice. Les deux hommes avaient collaboré sur les films Disco (2008) et Turf (2013).

Dans son nouveau numéro, jeudi 7 décembre, Complément d'enquête a révélé qu'une actrice de Disco, Hélène Darras, avait porté plainte en septembre dernier contre Gérard Depardieu pour "agression sexuelle". Elle l'accuse de lui avoir "mis une main très appuyée sur ses fesses" lors du tournage du long-métrage. Fabien Onteniente a indiqué sur franceinfo ne pas avoir "su" ce qu'il s'était passé, soulignant que sinon il ne l'aurait pas repris sur Turf.

"Donc j'ai tourné une nouvelle fois avec Gérard Depardieu. Là j'ai vu, à un moment donné, quelque chose, donc je l'ai pris à part, je lui ai dit que c'était inadmissible, je l'ai recadré", a-t-il raconté.

"Ce n'est pas possible de fermer les yeux"

Selon Fabien Onteniente, Gérard Depardieu "impose quelque chose, et si on lui tient tête, il baisse les yeux comme un petit enfant pris dans le pot de confiture, il est tout penaud".

"C’est trop cracra pour moi, ce n'est pas dans mes valeurs, c'est épouvantable. Ce n’est pas possible de fermer les yeux, même pour une cause artistique, sur ce genre de comportement qui est pour moi inadmissible", a-t-il conclu.

Outre ces deux plaintes, en avril 2023, sur Mediapart, treize femmes ont accusé l'acteur de 74 ans de violences sexuelles, qui "dément formellement l'ensemble des accusations susceptibles de relever de la loi pénale". "Jamais au grand jamais je n’ai abusé d’une femme. Faire du mal à une femme, ce serait comme donner des coups de pied dans le ventre de ma propre mère", s'était défendu début octobre Gérard Depardieu dans une lettre ouverte publiée sur le site du Figaro.

Article original publié sur BFMTV.com