Publicité

Portugal: l'opposition de centre droit remporte les législatives, nouvelle poussée de l'extrême-droite

L'opposition de centre droit a remporté de justesse les législatives de ce dimanche 10 mars au Portugal et, après huit ans de gouvernement socialiste, le Parlement du pays ibérique vire à droite avec une nouvelle poussée des populistes, selon un sondage de sortie des urnes diffusé par la télévision publique RTP.

À trois mois des Européennes, ce scrutin précipité par la démission du Premier ministre sortant Antonio Costa, qui ne briguait pas un nouveau mandat, vient confirmer que l'extrême droite progresse à travers le Vieux Continent, comme l'avaient montré les électeurs italiens ou néerlandais.

Le Portugal était un des rares pays en Europe à être dirigé par la gauche lorsque Antonio Costa, 62 ans, a jeté l'éponge après avoir été cité dans une enquête pour trafic d'influence au début du mois de novembre.

33% des voix, sans majorité absolue

Selon la projection RTP, l'Alliance démocratique (AD) de centre droit emmenée par Luis Montenegro, 51 ans, aurait gagné les élections de dimanche avec 29 à 33% des voix, mais ne serait pas en mesure de former une majorité à elle seule.

Luis Montenegro, longtemps député puis chef de groupe parlementaire quand son parti était au pouvoir (2011-2015), s'est engagé pendant la campagne à ne pas former un gouvernement avec le soutien de l'extrême droite.

Il espérait s'appuyer sur le petit parti Initiative libérale, crédité de 5 à 7% des suffrages, mais, toujours selon ce sondage sortie des urnes, les deux formations n'atteindront pas ensemble le seuil de 116 députés sur 230 sièges, synonyme de majorité absolue.

Le Parti socialiste (PS), qui avait obtenu une majorité absolue lors des précédentes législatives de janvier 2022 avec un score de 41,4%, arriverait désormais en deuxième position avec 25 à 29% des voix.

Après le départ de Antonio Costa, le PS s'est regroupé autour de Pedro Nuno Santos, un ancien ministre de 46 ans issu de son aile gauche.

L'extrême droite, troisième force politique

Du côté des vainqueurs de ce scrutin, le parti d'extrême droite Chega (Assez) aurait nettement renforcé son rang de troisième force politique du pays, en recueillant 14 à 17% des suffrages.

Ce résultat est en ligne avec les enquêtes pré-électorales et représente plus du double du score de 7,2% atteint il y a deux ans.

La formation antisystème, portée par un discours contre la corruption, l'immigration et les minorités, a été créé en 2019 par André Ventura, un professeur de droit de 41 ans qui s'est fait connaître en tant que polémiste sur les plateaux de télévision consacrés au football.

Cette nouvelle poussée de l'extrême droite intervient alors que le Portugal commémore le mois prochain le 50ème anniversaire de la Révolution des OEillets, qui a mis fin à la dictature fasciste et 13 années de guerres coloniales.

Au-delà des soupçons de corruption qui ont provoqué la démission d'Antonio Costa, André Ventura a également insisté pendant la campagne sur la hausse de l'immigration vers ce pays, qui a vu sa population étrangère doubler en l'espace de cinq ans.

"Avec tous les changements sociaux, démographiques et économiques, les Portugais sentent qu'ils doivent voter et qu'ils ont un mot à dire sur les choix" politiques, a-t-il affirmé dimanche, disant s'attendre à une forte participation.

Le taux d'abstention, estimé entre 32 et 38% par la projection RTP, serait le plus bas depuis 2005.

Article original publié sur BFMTV.com