Publicité

La popularité de Gabriel Attal écrase celle d’Emmanuel Macron - SONDAGE EXCLUSIF

Depuis sa nomination à Matignon, le plus jeune Premier ministre de la Ve République distance très largement le chef de l’État.

POLITIQUE - Ce n’est pas un écart, c’est un gouffre. Selon le baromètre réalisé par YouGov pour Le HuffPost ce lundi 15 janvier, le Premier ministre Gabriel Attal, en poste depuis moins d’une semaine, voit sa cote de popularité s’établir à 37 % d’opinions favorables. C’est treize points de plus que celle d’Emmanuel Macron, qui glisse d’un point pour se retrouver à 24 %. Et quinze de points au-dessus d’Élisabeth Borne, qui a quitté le gouvernement avec seulement 22 % d’opinions favorables.

« C’est la première fois depuis les mois précédant le départ d’Édouard Philippe qu’Emmanuel Macron est à ce point distancé par son Premier ministre », note l’institut de sondages, en référence au mois de juillet 2020, quand le chef du gouvernement était à 44 % d’opinions favorables, contre 29 % pour le chef de l’État. Plus de trois ans plus tard, celui qui compte parmi les personnalités politiques préférées des Français ne pâtit pas, pour le moment, de sa nomination à Matignon. Au contraire, il progresse. En octobre, il était crédité de 34 % d’opinions favorables.

La cote à droite

Gabriel Attal séduit notamment les sympathisants Renaissance (à 77 %) et ceux des Républicains, avec 63 % d’opinions favorables. La conséquence logique d’une loyauté sans faille à l’égard du chef de l’État, et de ses nombreux clins d’œil appuyés à la droite lors de ses passages au Budget ou à l’Éducation nationale, marqués notamment par son plan de lutte contre la « fraude sociale » ou l’interdiction de l’abaya, deux sujets chers à la droite.

« À noter également qu’environ un tiers des proches de la NUPES et du RN disent avoir une opinion favorable du nouveau Premier ministre. Ce qui n’est pas le cas pour le président (18 % d’opinions favorables pour les sympathisants de la NUPES et 11 % pour le RN) », souligne YouGov. À l’inverse, Emmanuel Macron ne bénéficie pas d’un effet remaniement, la séquence n’ayant produit aucune modification positive de sa perception au sein de l’opinion.

Ce qui montre que le chef de l’État devra faire davantage pour convaincre les Français au-delà du quart des citoyens qui continuent à en avoir une image positive. Il en aura la possibilité ce mardi 16 janvier, à l’occasion de sa conférence de presse. Présentée comme son « rendez-vous avec la Nation », celle-ci est censée lancer l’acte II de son quinquennat, après l’épisode douloureux de la loi immigration et alors que le gouvernement est toujours incomplet. Une opportunité de renouer avec les Français et, surtout, de rattraper son Premier ministre.

Cette enquête a été réalisée sur 1 009 personnes représentatives de la population nationale française âgée de 18 ans et plus. Le sondage a été effectué en ligne, sur le panel propriétaire YouGov France, du 9 au 15 janvier 2024.

À voir également sur Le HuffPost :

Emmanuel Macron fait le SAV du remaniement auprès des parlementaires, avant sa conférence de presse

Remaniement acte II : Macron monte en première ligne, des nominations toujours attendues

VIDÉO - Européennes : Bardella muscle sa campagne en ciblant LR et Attal