Publicité

Pont de Baltimore : deux corps sans vie ont été repêchés de la rivière Patapsco

Pont de Baltimore : deux corps sans vie ont été repêchés de la rivière Patapsco

Les ouvriers du bâtiment portés disparus dans l'effondrement du pont de Baltimore étaient originaires du Mexique ou d'Amérique centrale, notamment un père de famille hondurien, qui avait lancé une entreprise de livraison avant que la pandémie ne l'oblige à trouver un autre emploi, selon ses proches.

La police a réussi à fermer la circulation sur le pont quelques secondes avant qu'un cargo ne percute l'un des supports du pont Francis Scott Key tôt mardi, provoquant la chute de la travée dans le fleuve Patapsco glacial. Une équipe d'entretien chargée de combler les nids-de-poule sur la travée n'a pas eu le temps de se mettre à l'abri.

Originaires d'Amérique du Sud

Les gouvernements du Mexique, du Guatemala, du Salvador et du Honduras ont confirmé que leurs citoyens étaient parmi les disparus.

Maynor Yassir Suazo Sandoval, 38 ans, était le plus jeune d'une fratrie de huit enfants originaires d'Azacualpa, une zone rurale montagneuse située dans le nord-ouest du Honduras, le long de la frontière avec le Guatemala.

Il y a dix-huit ans, il est parti seul aux États-Unis à la recherche d'opportunités. Il avait travaillé comme technicien industriel au Honduras, réparant des équipements dans les grandes usines d'assemblage, mais le salaire était trop bas pour lui permettre de progresser, a déclaré mercredi l'un de ses frères, Martín Suazo Sandoval, debout dans la rue en terre battue devant le petit hôtel familial au Honduras.

"Il a toujours rêvé d'avoir sa propre affaire", a-t-il déclaré.

Un autre frère, Carlos Suazo Sandoval, a déclaré que Maynor espérait prendre un jour sa retraite au Guatemala.

"Il était le bébé de chacun d'entre nous, le plus jeune. C'était quelqu'un qui était toujours heureux, qui pensait toujours à l'avenir. C'était un visionnaire", a-t-il déclaré à l'Associated Press par téléphone mercredi depuis Dundalk, dans le Maryland, près du site de l'effondrement du pont.

Maynor est entré illégalement aux États-Unis et s'est installé dans le Maryland. Au début, il a fait tous les travaux qu'il a pu trouver, y compris des travaux de construction et de débroussaillage. Finalement, il a lancé une entreprise de livraison de colis dans la région de Baltimore-Washington, a déclaré Martín Suazo Sandoval.

D'autres frères et sœurs et d'autres membres de la famille l'ont suivi dans le nord.

"Il était le pilier fondamental, le bastion qui permettait aux autres membres de la famille de voyager et d'obtenir des visas et tout le reste", a déclaré Martín Suazo Sandoval. "Il a été la force motrice qui a permis à la plupart des membres de la famille de voyager."

Maynor était marié et père de deux enfants âgés de 17 et 5 ans.

La pandémie de COVID-19 a contraint Maynor à trouver un autre emploi, et il a rejoint Brawner Builders, l'entreprise qui effectuait des travaux de maintenance sur le pont lorsqu'il s'est effondré.

Martín Suazo Sandoval a déclaré que Maynor n'avait jamais parlé d'être effrayé par le travail, malgré les hauteurs auxquelles il travaillait sur les ponts. "Il nous disait toujours qu'il fallait tripler les efforts pour avancer", a déclaré Martín Suazo Sandoval."Il disait que peu importait l'heure ou le lieu du travail, il fallait être là où il y avait du travail."

Tout allait bien pour lui jusqu'à l'effondrement. Il était en train de franchir les étapes pour obtenir une résidence légale et prévoyait de retourner au Honduras cette année pour achever le processus, a déclaré son frère.

Même si Maynor n'avait pas pu retourner au Honduras, il avait soutenu financièrement plusieurs organisations sociales non gouvernementales de la ville, ainsi que la ligue de football des jeunes, a indiqué son frère. La région dépend largement de l'agriculture - café, bétail, canne à sucre - a-t-il ajouté.

L'employeur de Maynor a annoncé la nouvelle de sa disparition à sa famille, la laissant dévastée, en particulier sa mère, qui vit toujours à Azacualpa, a déclaré Martín Suazo Sandoval.

"Ce sont des moments difficiles, et la seule chose que nous puissions faire est de garder la foi", a-t-il déclaré, soulignant que son jeune frère savait nager et qu'il aurait pu se retrouver n'importe où. Si le pire se confirme, il a déclaré que la famille s'efforcerait de rapatrier le corps du jeune homme au Honduras.

Au Mexique**, le président Andrés Manuel López Obrador** a déclaré que trois Mexicains se trouvaient sur le pont lorsqu'il est tombé, dont un qui a été blessé mais secouru et deux qui sont toujours portés disparus. Il n'a pas voulu communiquer leurs noms pour préserver l'intimité des familles.

La contribution des migrants

Cette tragédie illustre la contribution des migrants à l'économie américaine, a déclaré M. López Obrador.

"Cela prouve que les migrants sortent et font des travaux risqués à minuit. C'est pourquoi ils ne méritent pas d'être traités comme ils le sont par certains politiciens américains insensibles et irresponsables", a-t-il ajouté.

Plus tard, le colonel Roland L. Butler Jr, directeur de la police de l'État du Maryland, a annoncé que les corps de deux hommes, âgés de 35 et 26 ans, avaient été retrouvés par des plongeurs à l'intérieur d'une camionnette rouge immergée dans environ 7,6 mètres d'eau près de la travée centrale du pont.

L'un d'eux était le Guatémaltèque Dorlian Ronial Castillo Cabrera, 26 ans, et l'autre Alejandro Hernández Fuentes, 35 ans, originaire du Mexique.

Le ministère des affaires étrangères du Guatemala avait précédemment confirmé que deux de ses ressortissants figuraient parmi les disparus.

La ministre salvadorienne des affaires étrangères, Alexandra Hill Tinoco, a indiqué mercredi sur X qu'un citoyen salvadorien, Miguel Luna, figurait parmi les travailleurs disparus.