Publicité

Ces pompiers de Saint-Étienne devront se raser la barbe s’ils veulent retravailler, tranche la justice

(Image d’illustration) Ces pompiers de Saint-Étienne devront se raser la barbe s’il veulent retravailler, tranche la justice
Laurent Sauvel / Getty Images (Image d’illustration) Ces pompiers de Saint-Étienne devront se raser la barbe s’il veulent retravailler, tranche la justice

TRAVAIL - Nouveau look pour la même vie. Sept sapeurs-pompiers professionnels de la Loire ont été déboutés par la justice ce vendredi 8 mars. Suspendus depuis trois semaines, ils n’étaient plus admis au sein du service départemental d’incendie et de secours (SDIS) de la Loire à cause de leur barbe.

Les sept avaient déposé une requête en annulation mais cette dernière a été rejetée jeudi soir par le tribunal administratif de Lyon. Ils devront donc se raser s’ils espèrent reprendre leurs fonctions.

Cette mesure disciplinaire s’appuie sur une disposition du règlement intérieur du SDIS prise en 2020, qui n’était jusqu’alors pas appliquée, et selon laquelle le port de la barbe peut compromettre l’étanchéité des masques de protection et exposer les pompiers aux fumées toxiques en intervention.

Relevés de leur prise de garde, les sept pompiers en poste à Saint-Étienne sont placés en position de service non-fait, « ce qui leur interdit de travailler et les prive de rémunération », a souligné auprès de l’AFP leur avocate, Me Marie Cochereau.

Dans sa décision, dont l’AFP a obtenu copie, le juge des référés a estimé notamment que « les circonstances invoquées ne suffisent pas » pour suspendre les mesures prises à l’encontre de ces pompiers.

L’avocate des sept hommes a pour sa part jugé « illégal » le règlement intérieur du service départemental qui méconnaît un arrêté ministériel de 2015 fixant les tenues, uniformes, équipements, insignes et attributs des sapeurs-pompiers.

L’un de ses articles stipule que « dans le cas particulier du port de la barbe ou de la moustache, celles-ci doivent être bien taillées et permettre une efficacité optimale du port des masques de protection », a-t-elle rappelé.

Me Cochereau a soutenu sur ce point qu’« aucune donnée scientifique ne fait état de ce que le port de la barbe, de la moustache, du bouc et des favoris aurait une incidence sur le port des masques de protection ».

À voir également sur Le HuffPost :

Coupe du monde 2026 et 2030 : M6 double TF1 et s’offre les droits de diffusions de tous les matchs

Agression antisémite à Paris : sorti de l’hôpital, le sexagénaire battu et insulté livre sa version de faits