Pompeo prône une approche plus ferme à l'égard du "Frankenstein" chinois

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
POMPEO PRÔNE UNE APPROCHE PLUS FERME À L'ÉGARD DU "FRANKENSTEIN" CHINOIS
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

WASHINGTON (Reuters) - Le secrétaire d'Etat américain a adressé une nouvelle pique à la Chine jeudi en déclarant que les Etats-Unis et leurs alliés devaient faire preuve de "moyens plus créatifs et affirmés" pour contraindre le Parti communiste chinois (PCC) à changer sa façon de procéder, disant y voir "la mission de notre temps".

S'exprimant depuis la librairie Nixon à Yorba Linda en Californie, lieu de naissance de Richard Nixon, Mike Pompeo a déclaré que les inquiétudes de l'ancien président américain sur les conséquences des relations diplomatiques qu'il a initiées entre le PCC et la communauté internationale dans les années 1970 s'étaient avérées fondées.

"Le président Nixon a dit une fois qu'il craignait d'avoir créé un 'Frankenstein' en ouvrant les portes du monde au PCC. Et nous y sommes", a dit le chef de la diplomatie américaine.

Cette déclaration intervient après l'annonce surprise de Washington sommant la Chine de fermer son consulat à Houston, une décision prise selon le département d'Etat pour protéger "la propriété intellectuelle américaine et les informations privées des Américains".

Au cours de son discours, Mike Pompeo a répété les accusations américaines sur les pratiques commerciales inéquitables de Pékin, ses violations des droits de l'homme et ses efforts pour infiltrer la société américaine.

Il a déclaré que l'armée chinoise était devenue "plus forte et plus menaçante". "En vérité notre politique - et celle des autres nations libres - a ressuscité l'économie chinoise, seulement pour voir Pékin mordre la main internationale qui le nourrissait".

"Nous devons inciter la Chine à changer (...) avec des moyens plus créatifs et affirmés, parce que les agissements de Pékin menacent notre peuple et notre prospérité", a ajouté Pompeo. "Si le monde libre ne change pas, la Chine communiste nous changera à coup sûr".

"Préserver nos libertés du Parti communiste chinois est la mission de notre temps" et les Etats-Unis sont parfaitement placés pour la mener, a-t-il poursuivi.

(David Brunnstrom et Daphne Psaledakis; version française Jean Terzian)

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles