Pologne: Sous pression de l'UE, une région du pays renonce à devenir une "zone sans idéologie LGBT"

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La présidente de la Commission Européenne Ursula von der Leyen a fustigé des "zones sans humanité" qui "n'ont pas leur place" dans l'Union.

Sous pression de Bruxelles, la région polonaise de Kielce (sud) a renoncé mercredi à se déclarer "zone sans idéologie LGBT", lors d'une assemblée régionale retransmise en direct en ligne.

À la mi-juillet, la Commission européenne a lancé une procédure d'infraction contre la Pologne pour les "zones sans idéologie LGBT" décrétées par nombre de collectivités locales, régions et communes, dont la voïvodie (région) de Swietokrzyskie dont Kielce sont le chef-lieu.

Pression de Bruxelles

L'exécutif européen, qui a dénoncé le caractère discriminatoire de ces mesures à l'encontre des personnes LGBT+, a envoyé à la Pologne une lettre de mise en demeure. Buxelles a suspendu aussi les négociations avec cinq régions concernées sur le versement de fonds du programme de soutien à la reprise en faveur de la cohésion REACT-UE.

Lors de la session exceptionnelle de l'Assemblée régionale de Swietokrzyskie, 25 conseillers ont approuvé la décision de se retirer de la déclaration controversée, personne ne s'y est opposé et trois conseillers se sont abstenus de voter. Lundi, la voïvodie de Cracovie (Maloposkie, sud) doit envisager une démarche semblable. 

Respect de la dignité et des droits humains

En Pologne, au total une centaine de collectivités locales ont adopté depuis 2019 une résolution "anti-idéologie LGBT" ou une "charte des droits des familles". Elles représentent environ un tiers du territoire polonais et sont situées principalement dans le sud-est et l'est du pays, zones traditionnellement très catholiques.

Bruxelles a appelé alors au respect de la dignité et des droits humains qui sont "des valeurs fondamentales de l'UE", et a assuré que la Commission utilisera tous les instruments à sa disposition pour défendre ces valeurs. Ursula von der Leyen a, quant à elle, fustigé des "zones sans humanité" qui "n'ont pas leur place" dans l'UE.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles