Publicité

La Pologne connaît la manifestation d'agriculteurs la plus violente de son histoire

La Pologne connaît la manifestation d'agriculteurs la plus violente de son histoire

La Pologne a connu, mercredi 6 mars 2024, sa manifestation la plus violente de la part des agriculteurs et de leurs sympathisants. Certains participants ont jeté des pierres sur la police et ont tenté de franchir les barrières autour du parlement, blessant plusieurs officiers, selon la police.

La police a fait usage de gaz lacrymogènes et a indiqué avoir arrêté plus d'une douzaine de personnes et empêché les manifestants d'accéder à la Diète, le parlement polonais.

Les agriculteurs sont en colère contre les politiques climatiques de l'UE et les importations de denrées alimentaires en provenance d'Ukraine. De nombreuses manifestations similaires ont eu lieu ces dernières semaines dans les 27 États membres de l'Union européenne, mais celle-ci était nettement plus violente que les précédentes dans ce pays d'Europe centrale.

La police a indiqué sur le média social, X (ex-Twitter), que ses agents "ne sont pas partie prenante dans le conflit en cours" et a averti que les comportements menaçant leur sécurité "ne peuvent être pris à la légère et nécessitent une réponse ferme et décisive".

Le vice-ministre polonais de l'agriculture, Michał Kołodziejczak, a affirmé qu'il ne croyait pas que "de vrais agriculteurs aient provoqué une émeute devant la Diète aujourd'hui", et qu'il était nécessaire d'isoler "les provocateurs et les fauteurs de troubles".

Il n'a pas précisé qui, selon lui, était à l'origine des violences.

Des manifestants affrontent la police à Varsovie.
Des manifestants affrontent la police à Varsovie. - Michal Dyjuk/Copyright 2024 The AP. All rights reserved

Des agriculteurs à bord de tracteurs ont bloqué les autoroutes menant à Varsovie, tandis que des milliers de leurs partisans se sont rassemblés devant le bureau du premier ministre avant de se diriger vers le parlement. Certains ont piétiné un drapeau européen et brûlé un faux cercueil portant le mot "agriculteur".

Parmi la foule se trouvaient des mineurs, des garde-forestiers, des chasseurs et d'autres sympathisants. Ils ont soufflé dans des klaxons et fait exploser des pétards et des bombes fumigènes, malgré les avertissements de la police qui avait interdit l'utilisation d'engins pyrotechniques. Certains manifestants ont brûlé des pneus.

Le "Green Deal" et les importations ukrainiennes visés par les agriculteurs

Les manifestants réclament le retrait du "Green Deal" de l'Union européenne, un plan destiné à lutter contre le changement climatique et à protéger la biodiversité. Ce plan prévoit notamment d'obliger les agriculteurs à réduire l'utilisation excessive de produits chimiques polluants pour améliorer leurs récoltes.

Les manifestations ont conduit les responsables politiques à édulcorer certaines dispositions.

Les manifestants souhaitent également la fermeture de la frontière entre la Pologne et l'Ukraine afin de mettre un terme aux importations de produits alimentaires ukrainiens qui, selon les agriculteurs, font baisser les prix du marché et mettent en péril le secteur agricole polonais.

La manifestation a accru la pression sur le tout nouveau gouvernement du Premier ministre, Donald Tusk, ancien président du Conseil européen, qui est résolument pro-UE et cherche à soutenir l'Ukraine dans sa lutte contre l'invasion russe.

Manifestants à Varsovie.
Manifestants à Varsovie. - Michal Dyjuk/Copyright 2024 The AP. All rights reserved

Donald Tusk s'est efforcé de répondre aux demandes des agriculteurs, estimant que leurs frustrations étaient justifiées. Il a annoncé qu'il prévoyait de proposer des amendements au Green Deal.

Des slogans anti-ukrainiens ont été utilisés lors des manifestations, en Pologne, où les autorités ont confié qu'elles craignaient que la Russie n'essaie d'exploiter des préoccupations légitimes pour créer des divisions entre Varsovie et Kyiv.

L'agriculture, la sylviculture et la pêche représentent moins de 3 % du PIB de la Pologne, selon la Banque mondiale.