Pollution: à Vincennes, un élu écologiste refuse de subventionner un club de bateaux... à voile

Jules Pecnard
·2 min de lecture
L'élu EELV de Vincennes, Quentin Bernier-Gravat - BFMTV
L'élu EELV de Vincennes, Quentin Bernier-Gravat - BFMTV

Quand ça ne veut pas... Après les maires écologistes de Strasbourg puis de Poitiers, c'est au tour d'un nouvel élu EELV de susciter un mélange de railleries et d'indignations. Même si cette fois-ci, elles ont été essentiellement circonscrites aux réseaux sociaux et éteintes par le principal intéressé, qui s'est excusé.

La séquence s'est déroulée jeudi au conseil municipal de Vincennes, dirigé par la maire UDI Charlotte Libert-Albanel. Durant la séance, l'édile a soumis au vote la subvention d'un yacht-club. Une subvention que les écologistes ont refusé d'agréer. Explication de vote de Quentin Brenier, l'un des deux élus EELV:

"Nous ne subventionnons pas de sports qui émettent des polluants. Le Yacht Club, ce sont des bateaux."

Le spectre des aéroclubs de Poitiers

Problème, le Yacht Club de Vincennes héberge uniquement des bateaux à voile, ce que n'a pas manqué de lui rétorquer Charlotte Libert-Albanel. "C'est de la voile... Ça avance avec le vent", a-t-elle grincé. Et d'en profiter pour ajouter: "On est à peu près sur le même niveau de polémique que les aviateurs!"

Il s'agit là d'une allusion à la polémique déclenchée par l'écologiste Léonore Moncond'huy qui, pour justifier sa décision de réduire les subventions accordées à deux aéroclubs de Poitiers, a affirmé le 29 mars que "l'aérien ne doit plus faire partie des rêves d'enfants". Une phrase qui a fait l'objet d'une avalanche de critiques venant de la droite et de La République en marche, ainsi que de membres du gouvernement.

Si la faute de carre de Quentin Brenier ne devrait pas provoquer le même tollé, loin de là, elle risque d'être interprétée comme une énième illustration de ce que Yannick Jadot, candidat putatif à l'élection présidentielle, a timidement reconnu jeudi soir sur France 2: la communication n'est pas le point fort des écologistes.

"Ça commence à me chauffer la bile"

L'autre élue EELV de Vincennes, Muriel Hauchemaille, a tenté de venir à la rescousse de son binôme. "Les faux procès, ça commence à me chauffer la bile", a-t-elle commencé par s'agacer.

"Si on s'abstient pour la subvention, c'est qu'on trouve que le Yacht Club de Vincennes, à part sur le lac Daumesnil, à part pour privilégier un petit club de copains... C'est pour ça qu'on ne votera pas cette subvention, on ne va pas s'expliquer sur chaque vote, si? On trouve ça un peu idiot un Yacht club à Vincennes", a expliqué la conseillère municipale. Un propos qui a le mérite de la franchise.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Toujours est-il qu'après la diffusion de la vidéo sur les réseaux sociaux, Quentin Bernier s'est défendu avec humour sur Twitter: "J'avais bossé mes partiels, un peu moins mes dossiers, mea culpa."

Article original publié sur BFMTV.com