Publicité

« Polluants éternels » : « Dark Waters », le film qui alertait déjà sur les dangers du PFOA classé cancérogène

« Dark Waters » le film qui alertait déjà sur les dangers du PFOA, classé cancérogène par le Centre international de recherche sur le cancer.
DR « Dark Waters » le film qui alertait déjà sur les dangers du PFOA, classé cancérogène par le Centre international de recherche sur le cancer.

SANTÉ - Il a inspiré un long-métrage sur un scandale écologique et sanitaire. Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a classé « cancérogène pour les humains » l’acide perfluorooctanoïque (PFOA), dans un article paru jeudi 30 novembre dans la revue The Lancet Oncology. Ce « polluant éternel » , l’un des plus répandus, est interdit depuis 2019 en Europe. C’est aussi à ce composé qu’est consacré le film de Todd Haynes, Dark Waters, sorti en 2020.

Plus précisément, ce film relate le scandale sanitaire de pollution des eaux qui a eu lieu dans l’État de Virginie, aux États-Unis, dans les années 80-90. Et le combat mené par l’avocat Robert Bilott au nom de 70 000 personnes, face au géant de la chimie DuPont, comme nous vous l’expliquons dans cet article.

Et si vous n’avez pas encore vu le film, vous l’avez certainement côtoyé. Le PFOA est un composé perfluoré. Il est utilisé dans la fabrication des poêles antiadhésives, des vêtements imperméables, des mousses anti-incendie, des revêtements anti-tâches… Il a notamment servi à fabriquer un polymère que vous connaissez très bien : le Téflon.

Le PFOA contamine la chaîne alimentaire

La substance est donc omniprésente dans l’environnement, elle a même été trouvée dans des réserves d’eau potable, et contamine ainsi toute la chaîne alimentaire. Or, ce produit n’est pas sans danger pour la santé.

La United States National Library of Medicine (bibliothèque spécialisée en médecine et dans les sciences) indique sur son site qu’en cas d’exposition prolongée au PFOA, il peut rester longtemps dans le corps. Et peut entraîner une augmentation du taux de cholestérol, des effets dangereux sur le fœtus, un faible poids à la naissance, des effets sur le système immunitaire, le foie ou la thyroïde. Des cancers du rein ou encore des testicules ont été liés à l’exposition au PFOA. L’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) français ajoute à cette liste la possibilité de lésions oculaires graves.

Le PFOS « potentiellement cancérogène »

Dans sa publication jeudi, le CIRC, l’agence de lutte contre le cancer de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), basée à Lyon, a également classé un autre polluant éternel, le PFOS, comme « potentiellement cancérogène pour l’homme ».

Le CIRC dit s’attendre à ce que les travailleurs qui produisent du PFOA ou du PFOS ou qui utilisent ces produits chimiques directement dans la fabrication d’autres produits soient les plus exposés. Depuis l’entrée en vigueur des restrictions à l’utilisation de ces agents dans certains pays, l’exposition professionnelle a probablement diminué, estime toutefois l’agence.

La classification du CIRC met en évidence des preuves tendant à montrer que telle ou telle substance peut causer le cancer, indique l’agence. Mais le risque de cancer peut être très différent en fonction de différents facteurs tels que le niveau d’exposition à cette substance, précise-t-elle.

À voir également sur Le HuffPost :

Pollution de l’air en France : l’État condamné à verser 10 millions d’euros pour son inaction

Pour défendre la biodiversité, Élisabeth Borne promet de la « radicalité »