Publicité

Les pollens déjà de retour à cause de la douceur hivernale, 9 départements en risque élevé d'allergies

Avec la douceur, les pollens de retour. Neuf départements sont placés en risque élevé d'allergie aux pollens par le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA), en ce vendredi 9 février.

Les départements en alerte rouge sont tous situés dans le sud-est ou l'est du pays. Il s'agit du Bas-Rhin, des Alpes-Maritimes, du Var, des Bouches-du-Rhône, du Vaucluse, le Gard, l'Hérault, l'Aude les Pyrénées-Orientales.

Le reste de l'Hexagone est par ailleurs entièrement placé en vigilance jaune, à l'exception du Finistère, de la Somme et de l'Aisne.

Cyprès, frênes et noisetiers

Dans le sud du pays, l'alerte est émise depuis environ deux semaines et en raison de la prolifération de pollens de cupressacées, soit tous les arbres de la famille des cyprès.

Le RNSA parle d'un "risque d'allergie élevé autour de la Méditerranée et moyen dans le sud-ouest" et qui "continue de gagner en intensité".

En plus des cyprès, les frênes sont également "en pleine floraison" dans le sud de l'Hexagone. Le risque d'allergie est ici considéré "de niveau faible à moyen, voire localement élevé comme dans le Narbonnais". Prudence également localement avec les mimosas.

Les noisetiers et les aulnes libèrent actuellement leur pollen sur l'ensemble du territoire, avec un risque considéré "faible à moyen" d'allergies. Il est en revanche élevé dans le Bas-Rhin. Un répit sera à noter en fin de semaine en raison des pluies attendues.

Des allergies précoces

Les allergies ont de l'avance cette année. D'habitude, le pic de floraison du cyprès est situé fin février, voire début mars, mais cette fois, il a bourgeonné dès le 20 janvier. En cause, les températures particulièrement douces dans le Sud.

"La hausse des températures et les concentrations en CO2 sont deux paramètres clé du changement climatique qui favorisent la croissance des arbres", souligne auprès de BFMTV Samuel Monnier, ingénieur pour le RNSA.

"Il dope ces arbres qui se mettent à émettre plus de pollen et du pollen qui est plus allergisant", met-il en garde.

Près d'un Français d'âge adulte sur trois et un enfant âgé de plus de 9 ans sur cinq souffrent de rhinites saisonnières en raison d'allergies au pollen, selon l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses).

Article original publié sur BFMTV.com