Publicité

Pollen : des départements français sont (déjà) en vigilance rouge

Le pollen est de sorti dans plusieurs départements français.
RNSA/Images d’illustration Le pollen est de sorti dans plusieurs départements français.

POLLEN Des reniflements, le nez qui coule, des mouchoirs plein les poches. Autant d’indices du rhume saisonnier qui frappe avec le froid de l’hiver… ou plutôt du pollen. Et oui, depuis deux semaines déjà, plusieurs départements dans le sud de la France (Var, Bouches-du-Rhône, Hérault etc.) sont en alerte rouge pollen.

Météo : la neige sera-t-elle là pour les vacances ? Les prévisions pour la fin de semaine

Voir du pollen dès février, ce n’est pas si surprenant. À cette période de l’année, les Cupressacées (la famille dont font partie les cyprès) sont en pleine floraison. « Ce sont les premiers à fleurir. C’est simplement arrivé quelques jours en avance » explique au HuffPost Samuel Monnier, Ingénieur et responsable communication pour le Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA).

Fort d’antennes détectant les taux de pollen un peu partout sur le territoire ainsi que d’un réseau de médecins (dont 80 allergologues), le RNSA a étendu le nombre de départements en vigilance rouge pollen à 15. Il y a donc le Var, l’Hérault, les Bouches-du-Rhône, mais aussi les Pyrénées-Orientales, l’Aude, le Tarn, l’Aveyron, le Gard, le Vaucluse, les Alpes-Maritimes ainsi que toute la Corse.

Plusieurs départements du Sud et de l’Est de la France sont en alerte rouge au pollen (carte du vendredi 9 février, publiée par le Réseau National de Surveillance Aérobiologique (R.N.S.A.)).
Plusieurs départements du Sud et de l’Est de la France sont en alerte rouge au pollen (carte du vendredi 9 février, publiée par le Réseau National de Surveillance Aérobiologique (R.N.S.A.)).

Le grand Est est également touché (Haut-Rhin, Bas-Rhin ainsi que les Vosges) à cause d’arbres différents. En ce moment, les noisetiers et les aulnes (famille des bétulacées) sont en pleine floraison. Ce sont ces mêmes essences d’arbres qui colorient la carte de vigilance pollen en jaune sur l’ensemble de l’Hexagone, à l’exception des irréductibles Bretons du Finistère.

Un problème de températures

Si la situation n’est pas totalement unique, à une échelle plus longue, il est clair que les floraisons interviennent de plus en plus tôt à cause du réchauffement climatique. Mais ce n’est pas la seule modification causée par l’augmentation des températures.

« À cause des températures très douces la floraison est plus forte et les niveaux de pollen sont plus élevés » indique au HuffPost Samuel Monnier. Même son de cloche selon une étude de l’EPA (l’agence de protection environnementale américaine), qui explique que « le réchauffement des températures et l’augmentation des concentrations de dioxyde de carbone permettent à l’ambroisie et à d’autres plantes de produire plus de pollen allergène, en plus grande quantité ».

Alors que les températures sont dignes d’une fin mars sur le pourtour méditerranéen, on comprend plus facilement la raison de ces pics de pollen. Un problème pour les allergiques d’autant plus que l’on peut s’attendre à ce que « d’autres départements passent en alerte rouge dans d’autres départements comme dans le Grand Est » estime l’ingénieur du RNSA. Bonne nouvelle quand même : de la pluie est annoncée sur une partie de la France et notamment dans le Nord ces prochains jours. De quoi donner un peu de répit à tous les allergiques.

À voir également sur Le HuffPost :

Au Japon, les orques coincées dans les glaces ont pu s’échapper

Super Bowl : si Taylor Swift va voir jouer Travis Kelce, ce sera romantique mais pas du tout écologique