Politique. En Tunisie, fuite d’un document détaillant un projet de coup d’État constitutionnel

·1 min de lecture

D’après un document qualifié de “top secret” dévoilé dimanche 23 mai par Middle East Eye, des collaborateurs du président tunisien, Kaïs Saïed, lui auraient conseillé de prendre le contrôle total du pays et de tendre une embuscade à ses rivaux. L’origine du document n’a toutefois pas été confirmée par l’exécutif.

“Absolument top secret”, indiquait le document auquel a eu accès le site d’information panarabe Middle East Eye, basé à Londres. Cinq pages datées du 13 mai 2021, divulguées d’après le titre par “une source à l’intérieur de la Présidence” de la Tunisie et sorti “du bureau privé de Nadia Akacha”, ministre conseillère et directrice du cabinet de Kaïs Saïed. Dans ce document, présenté par le média comme émanant de proches conseillers du président tunisien, Kaïs Saïed se voit conseiller “prendre le contrôle du pays au gouvernement élu, aux prises avec la pandémie de coronavirus et des dettes que le pays ne parvient pas à rembourser”.

À lire aussi: Variant. La Tunisie submergée par une troisième vague de Covid-19

Adressé à sa directrice de cabinet, Nadia Akacha, le plan prévoit d’“attirer les rivaux politiques du président vers le palais présidentiel” et d’“annoncer le coup d’État en leur présence sans leur permettre de partir”.

D’autres hommes politiques et hommes d’affaires importants seraient arrêtés simultanément”.

Voilà comment les événements devaient se dérouler selon le document publié par MEE : “le président convoquerait une réunion urgente du Conseil de sécurité nationale dans son palais de Carthage, sous couvert de la pandémie, au sujet de la situation sécuritaire et de l’état des finances publiques du pays”. Kaïs Saïed déclarerait alors une “dictature constitutionnelle”, qui, selon les auteurs du document, est un outil pour ‘concentrer

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :