Un policier renvoyé après avoir tué un jeune afro-américain et blessé sa petite amie

·2 min de lecture

Un policier a été renvoyé dans l’Illinois après avoir tué par balle un jeune afro-américain et blessé sa petite amie. Les deux se trouvaient dans une voiture et n’étaient pas armés.

Le nom de Marcellis Stinnette résonne désormais tristement dans les rangs des manifestations Black Lives Matter. Ce jeune afro-américain de 19 ans a été tué et sa petite amie blessée la semaine dernière aux Etats-Unis. CNN rapporte que les faits se sont produits mardi dernier à Waukegan dans l’Illinois, un peu avant minuit. Ce soir-là, un policier était à la recherche d’un véhicule suspect dans lequel se trouvaient deux personnes et qui auraient pris la fuite. Un peu après ce signalement, un autre officier – celui qui a tiré – a trouvé cette voiture à quelques centaines de mètres du lieu où le premier agent l’avait vue. Il s’en est approché et s’est mis à tirer «par crainte pour sa sécurité». Marcellis Stinnette, qui se trouvait sur le siège passager, a été tué et sa petite amie, Tafara Williams, 20 ans, blessée. Aucune arme n’a été retrouvée à l’intérieur du véhicule.

D’après un communiqué fait par le maire de la ville, l’agent en question, qui a été renvoyé, a «violé de nombreuses procédures». La police a donné peu de détails sur cette affaire, indiquant juste qu’il était de «type hispanique et un vétéran du département de la police».

"Je dois lui pardonner"

Après ce drame, de nombreux manifestants ont protesté dans les rues de la ville située à quelques kilomètres de Chicago, dont la famille de la victime, qui a appelé au calme. La grand-mère de Marcellis Stinnette a même expliqué qu’elle «pardonne au policier». «Je dois lui pardonner. C’est ce que dieu veut que je fasse. Il est pardonné», a-t-elle déclaré auprès de NBC.

Les militants, eux, réclament la vidéo de la fusillade. Celle-ci devrait être montrée à la famille puis dévoilée publiquement, a expliqué le maire. Les proches du jeune homme sont conseillés par Ben(...)


Lire la suite sur Paris Match