Policière poignardée: mort du suspect après son interpellation, deux gendarmes blessés

·2 min de lecture
Des membres du GIGN mobilisés à la Chapelle-sur-Erdre, vendredi 28 mai 2021, après l'agression au couteau d'une policière municipale - Loïc Venance - AFP
Des membres du GIGN mobilisés à la Chapelle-sur-Erdre, vendredi 28 mai 2021, après l'agression au couteau d'une policière municipale - Loïc Venance - AFP

L'homme soupçonné d'avoir poignardé une policière municipale de La Chapelle-sur-Erdre en Loire-Atlantique ce vendredi matin, aux alentours de 10h, dans le bureau de police municipale de la commune, a succombé à ses blessures après avoir été retrouvé et neutralisé en début d'après-midi par les gendarmes. Il avait dans un premier temps pris la fuite, armé (il avait volé son arme de service à la victime). Il avait été identifié dès les premiers instants des recherches par les enquêteurs.

L’individu a opposé une résistance aux gendarmes de la brigade de La Chapelle-sur-Erdre venus à sa rencontre, et un échange de tirs s'est produit. Touché, le suspect n'a pu être réanimé par les secours. Il avait auparavant blessé deux gendarmes par balle, à la main et au bras, avant d'être neutralisé. Un troisième gendarme, présent au moment de la fusillade, est choqué. La confrontation s'est d'ailleurs déroulée à proximité de la brigade de gendarmerie de La Chapelle sur Erdre.

La policière municipale poignardée est en état d'urgence absolue mais son pronostic vital n'est pas engagé.

Le profil du suspect mieux connu

Selon nos éléments recueillis auprès d'une source policière, l'individu était âgé d’une quarantaine d’années. De nationalité française, il était connu pour troubles psychiatriques, détectés en prison. Un diagnostic de schizophrénie a été posé. D'après les informations collectées, il a en effet purgé une peine de plusieurs années de prison pour de multiples faits de droit commun. Sa radicalisation islamiste a également été observée en prison, dont il était sorti il y a deux mois, après avoir purgé une peine de huit ans de prison, sans aménagement de peine. Depuis sa libération, il était astreint à un suivi socio-judiciaire et était accompagné par une association. Il avait même retrouvé un emploi.

Sa pratique rigoriste de l’islam s'est doublée de provocations verbales en lien avec religion. Il a été inscrit à ce titre au Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT).

"Les gendarmes ont neutralisé l’individu suspecté de l’agression au couteau de la policière municipale de la Chapelle-sur-Erdre. Merci à eux et pensées pour les gendarmes blessés lors de cette interpellation", a salué le ministre de l'Intérieur, gérald Darmanin sur Twitter dans la foulée. Le ministre se rend sur place, accompagné de la secrétaire d'Etat à la jeunesse et conseillère municipale de Nantes Sarah El Haïry.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles