Publicité

La police du Massachusetts envoie un robot chien sur le lieu d’une fusillade

Un officier de police marche juste derrière un robot, qu’il contrôle à distance à l’aide d’une manette. Quadrupède noir et blanc, il s’agit de l’un de ces “robots chiens” déployés dans des situations dangereuses, par exemple en cas de prise d’otages ou d’opération de déminage. L’image fait la une du tabloïd conservateur Boston Herald, qui titre “Robocop”, à propos de l’utilisation d’un robot chien lors d’une fusillade survenue le 5 février.

La fusillade a eu lieu dans un parking de caravanes à Danvers, dans le Massachusetts. Le suspect, qui a fait une victime – actuellement dans un état critique –, s’est ensuite barricadé dans l’une de ces caravanes, avant de tirer sur les policiers, comme l’explique le Boston Herald. Pour désamorcer la situation, un robot chien a été envoyé par la police de l’État. Surnommé “Spot”, il s’agit d’une plateforme robotisée de l’entreprise spécialisée dans la robotique Boston Dynamics.

Sortir Spot du laboratoire

Ces Spots, initialement utilisés par les démineurs pour “enquêter sur les colis suspects et aider à sécuriser les zones où de grandes foules sont attendues”, sont aussi capables d’ouvrir des portes ou de monter des escaliers… Et désormais de surveiller les potentiels suspects, raconte le tabloïd.

Comme les systèmes de caméras ou les pilotes de drone, les Spots permettent “de fournir des informations aux soldats, aux officiers et au commandant sur la situation d’une manière plus sûre qu’une approche par du personnel au sol”, a expliqué le porte-parole de la police de l’État du Massachusetts. Récemment, ils ont été fréquemment déployés par les policiers d’unités intervenant lorsque des suspects se sont barricadés. Et dans le Massachusetts, ils ont même été intégrés au dispositif d’intervention global de la police d’État.

En 2019, la police du Massachusetts avait d’ailleurs été la première à collaborer avec Boston Dynamics pour voir “ce qu’il advient lorsqu’on sort Spot du laboratoire et qu’on le place dans le monde réel”, comme le relatait CNN à l’époque.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :