Publicité

Polémique après l’achat par le Parlement bruxellois d’une statue du Chat de Geluck pour 370 000 euros

“Le Parlement de la région Bruxelles-Capitale s’est offert une statue massive et inédite du Chat pour un montant de 370 000 euros”, rapporte La Libre Belgique. L’œuvre, à l’effigie de l’emblématique personnage de Philippe Geluck, pèse quelque 2 500 kg, mesure 3 mètres de haut et sera exposée dans le jardin intérieur de l’institution.

Si la décision a apparemment fait consensus au Parlement, elle est nettement moins bien reçue au sein du monde culturel, observe le journal. Il faut dire qu’en avril 2021 l’annonce qu’un musée serait prochainement consacré au Chat en plein centre de Bruxelles, grâce à d’importants subsides publics (près de 10 millions d’euros), avait déjà déclenché un mouvement de colère, notamment dans le monde de la culture, où l’on s’indignait qu’autant de place et de fonds soient consacrés à un artiste déjà riche et largement reconnu.

Une pétition lancée par deux artistes, que signalait notamment la RTBF, demandait ainsi que l’espace prévu pour le “musée du Chat” soit consacré à un projet de plus vaste ambition, comme un musée d’art moderne, et que, si le “musée du Chat” devait voir le jour, ce soit au moyen de fonds privés.

Avec l’annonce de l’achat du Parlement bruxellois, c’est la même indignation qui s’exprime, observe La Libre, qui s’est entretenue avec une des initiatrices de la pétition, Sandrine Morgante :

Quand on voit […] que 370 000 euros vont à un seul artiste déjà très riche, on se dit qu’avec cet argent, on aurait pu donner de nombreuses bourses à des artistes émergents.

La sculpture “ne sera même pas exposée au grand public

Dans son éditorial, le journal commence par saluer le talent de Philippe Geluck, l’importance de la bande dessinée pour le pays et le ton de l’artiste, qui “se conjugue aussi parfaitement avec un certain humour belge, avec une forme de surréalisme”.

“Mais, cela étant dit, est-ce réellement le rôle d’un Parlement régional de débourser pas moins de 370 000 euros pour commander l’une de ses statues monumentales alors que la région a déjà budgété près de 10 millions d’euros pour cofinancer la rénovation du futur musée ?”

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :