Publicité

Quel est le point commun entre l'Ukraine et le Vanuatu ? Malheureusement, il s'agit d'un écocide

Quel est le point commun entre l'Ukraine et le Vanuatu ? Malheureusement, il s'agit d'un écocide

À bien des égards, le Vanuatu et l'Ukraine ne pourraient être plus différents. Le Vanuatu est une nation insulaire située dans l'océan Pacifique Sud, avec une surface de 12 000 kilomètres carrés de terres émergées.

L'Ukraine est située sur la mer Noire, en Europe de l'Est, et s'étend sur plus de 600 000 kilomètres carrés. La population de l'Ukraine, qui s'élève à près de 44 millions d'habitants, est plus de 137 fois supérieure à celle de Vanuatu, qui compte 320 000 villageois mélanésiens, pour la plupart autochtones.

La faune et la flore du Vanuatu sont adaptées à son climat tropical et à ses journées chaudes et humides. Ses animaux nationaux sont le loriquet arc-en-ciel, le dugong et le renard volant géant. L'Ukraine abrite deux chaînes de montagnes où vivent des loups, des chevaux sauvages et des faucons.

Bien qu'ils soient confrontés à des défis quotidiens très différents, nos pays sont soumis à la même menace cruciale.

La nature et la faune du Vanuatu et de l'Ukraine sont confrontées à une catastrophe due à des changements dont nos pays ne sont pas responsables et que ni l'un ni l'autre ne peut combattre seul.

Que se passe-t-il au Vanuatu ?

Le Vanuatu est l'un des pays les plus vulnérables face au climat et aux catastrophes dites naturelles dans le monde. L'année dernière, il a été frappé par deux cyclones de catégorie 4 en l'espace de trois jours.

Il y a quelques décennies, nous aurions pu mettre cela sur le compte de la malchance, mais nous savons aujourd'hui que les dommages causés à notre climat augmentent considérablement les risques de catastrophes non naturelles comme celles-ci.

Au-delà de l'apparition rapide de vents et de pluies cycloniques, le changement climatique provoque l'acidification de nos eaux, qui tue les récifs coralliens et la vie marine qui en dépend.

Avec l'élévation du niveau de la mer, l'eau douce de nos îles devient salée, ce qui menace la pérennité de notre nourriture et de notre eau.

Les pertes et les dommages climatiques subis par le peuple du Vanuatu dévastent l'économie de notre île, sapent les droits de l'Homme, déciment les écosystèmes de nos récifs coralliens, submergent notre territoire et emportent les vies et les moyens de subsistance de notre peuple

Un homme utilise une tronçonneuse sur un arbre tombé à Port Vila, Vanuatu, mars 2023.
Un homme utilise une tronçonneuse sur un arbre tombé à Port Vila, Vanuatu, mars 2023. - Matt Hardwick/Australian Broadcasting Corp.

Il n'est pas surprenant que le Vanuatu ait un bilan carbone négatif, émettant moins de 0,0016 % des émissions mondiales. Pourtant, les pertes et les dommages climatiques subis par le peuple du Vanuatu dévastent l'économie de notre île, sapent les droits de l'Homme, déciment les écosystèmes de nos récifs coralliens, submergent notre territoire et emportent les vies et les moyens de subsistance de notre peuple.

Il est peu probable que quiconque considère les dommages causés aux écosystèmes de l'Ukraine pour de la simple malchance.

Mais dans le cadre des protestations justifiées contre les atrocités infligées au peuple ukrainien, l'ampleur des dégâts faits à l'environnement de l'Ukraine est un élément souvent négligé.

Vous vous souvenez de Nova Kakhovka ?

Il devient maintenant beaucoup plus difficile de l'ignorer. La destruction du barrage de Nova Kakhovka en juin 2023 a provoqué un écocide indéniable, une catastrophe écologique qui dépasse largement les frontières de l'Ukraine et qui aura des effets durables sur toute la région de la mer Noire.

Les inondations s'ajoutent à la contamination chimique de milliers d'hectares de terres et à l'abattage de milliers d'animaux dans le terrible bilan environnemental de l'invasion russe.

Il existe un changement mondial qui peut contribuer à protéger concrètement nos pays, les écosystèmes vitaux du reste du monde et tous ceux qui en dépendent, en veillant à ce que nous traitions les dommages environnementaux avec l'importance qu'ils requièrent

Les rues sont inondées à Kherson après l'effondrement des murs du barrage de Kakhovka, juin 2023
Les rues sont inondées à Kherson après l'effondrement des murs du barrage de Kakhovka, juin 2023 - Libkos/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.

Il y a quelques années, nous aurions rejeté les difficultés du Vanuatu et de l'Ukraine comme des problèmes isolés nécessitant des solutions très différentes.

Mais il existe un changement mondial qui peut contribuer à protéger concrètement nos pays, les écosystèmes vitaux du reste du monde et tous ceux qui en dépendent, en veillant à ce que nous traitions les dommages environnementaux avec l'importance qu'ils requièrent.

L'Ukraine et le Vanuatu ont tous deux utilisé leur autorité morale et leurs plateformes internationales pour plaider en faveur de la criminalisation de l'écocide.

Nous voulons que les coupables d'écocide soient jugés

L'écocide est un crime qui consiste à causer sciemment des dommages graves et étendus ou à long terme aux écosystèmes, et couvre les dégâts causés par les Etats, les entreprises et les particuliers, tant en temps de guerre qu'en temps de paix.

En 2019, le Vanuatu a été la première nation souveraine à demander la criminalisation de l'écocide lors de l'assemblée annuelle de la Cour pénale internationale.

En adoptant une approche qui reconnaît les dommages environnementaux graves et étendus ou à long terme, nous pouvons mettre en place un cadre global et durable pour veiller à ce que les auteurs d'écocide soient traduits en justice où qu'ils se produisent.

Un photographe prend une photo de poissons morts dans le réservoir asséché de Kakhovka après la destruction catastrophique du barrage près de Kherson, juin 2023.
Un photographe prend une photo de poissons morts dans le réservoir asséché de Kakhovka après la destruction catastrophique du barrage près de Kherson, juin 2023. - AP Photo/Mstyslav Chernov

Vanuatu a tout à perdre si le monde ne parvient pas à maintenir et à renforcer le droit international sur le climat et la durabilité environnementale. Le pays a ainsi mené une affaire d'avis consultatif à la Cour internationale de justice pour clarifier les obligations juridiques des États en ce qui concerne le changement climatique, tout en dirigeant l'élaboration d'un nouveau traité de limitation des combustibles fossiles pour guider une transition mondiale juste et équitable vers les énergies renouvelables.

Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy a quant à lui explicitement mentionné l'écocide dans sa "formule de paix" en dix points, annoncée lors du sommet du G20 de 2022 et explicitement soutenue par les pays membres du Conseil de l'Europe.

Ce mois-ci, le bureau du procureur général a engagé les premières poursuites officielles pour écocide à l'encontre de membres de l'armée russe.

Il s'agit d'une question profondément personnelle pour les deux pays, quelles que soient leurs différences

En adoptant une approche qui reconnaît les dommages environnementaux graves et étendus ou à long terme, nous pouvons mettre en place un cadre global et durable pour veiller à ce que les auteurs d'écocide soient traduits en justice où qu'ils se produisent.

Ainsi, aucun dommage ne passera à travers les mailles du filet en raison de difficultés à définir un acte spécifique d'écocide ou d'une confusion quant aux contextes auxquels il s'applique.

Le Vanuatu et l'Ukraine sont unis dans leur appel en faveur d'une loi qui s'applique à tous les dommages environnementaux, où qu'ils se produisent et à tout moment.

Cela permettrait de dissuader les pollueurs de causer des destructions et de garantir que ceux qui le font soient traduits en justice.

Pour les deux pays, il s'agit d'une histoire profondément personnelle. Les habitants de l'Ukraine et du Vanuatu éprouvent une immense tristesse face à la destruction qui les entoure et sont confrontés à des tâches difficiles de résistance et de reconstruction.

Mais en travaillant ensemble pour faire campagne en faveur de l'introduction d'un cadre mondial pour la protection de l'environnement, nous pouvons créer un système qui transcende les frontières pour donner à la planète la protection dont elle a besoin et aux populations leur droit à un environnement sain.

Bien que nos pays soient confrontés à des défis très différents, nous sommes unis, non seulement tous les deux, mais aussi avec toutes les autres nations qui subissent des menaces similaires, dans la nécessité de trouver une solution durable et mondiale.

Nous exhortons donc tous les gouvernements à prendre rapidement des mesures décisives aux niveaux national, régional et international pour mettre en place ce cadre pénal protecteur.

Maksym Popov est conseiller du procureur général de l'Ukraine depuis octobre 2022, et Son Excellence l'ambassadeur Odo Tevi est représentant permanent de la République de Vanuatu auprès de l'ONU depuis 2014.

Chez Euronews, nous pensons que tous les points de vue sont importants. Contactez-nous à l'adresse view@euronews.com pour envoyer des propositions ou des soumissions et prendre part à la conversation.