Publicité

PODCAST. Sixième Science, épisode 130 : découvrez les derniers mystères du Mont-Saint-Michel

Pour son 130e épisode, Sixième Science, le podcast scientifique de Sciences et Avenir et 20 minutes, vous détaille les fouilles et recherches toujours en cours sur le site du Mont-Saint-Michel qui a fêté en 2023 le millénaire de la construction de son abbatiale. En effet, de nombreuses questions toujours sans réponse persistent sur son origine.

Peut-être vous êtes vous un jour rendus, comme les trois millions de visiteurs chaque année, sur le site du Mont-Saint-Michel. En juin 2023, un colloque un peu particulier s’y est d’ailleurs tenu, à l’occasion du millénaire de la construction de son abbatiale. L’occasion était évidemment excellente pour que les historiens et scientifiques spécialistes de ce
lieu hors norme mettent en commun leurs travaux de recherche pour tenter de répondre aux questions encore non résolues, notamment sur l’origine du lieu.

Pour ce 130e épisode, Sixième Science, le podcast scientifique de Sciences et Avenir et 20 minutes, vous détaille les fouilles et recherches toujours en cours sur le site de la première destination touristique de France.

La légende de l’archange Michel et du crâne dit de Saint-Aubert

Au micro, Marine Benoit, journaliste spécialiste des sujets d’archéologie à Sciences et Avenir, répond aux questions de Romain Gouloumès de 20 minutes et vous raconte la légende de l’archange Michel et du crâne dit de Saint-Aubert, du nom d’un évêque d’Avranches.

Cette relique conservée dans une église proche, à Saint-Gervais d’Avranches, aurait été, selon le mythe, percée au niveau du crâne par le doigt de l’archange, furieux d’avoir essuyé trois refus du choix du rocher granitique comme lieu de sanctuaire. L'analyse anthropologique et paléopathologique réalisée en 2019 a, elle, toutefois plutôt interprété la présence de l'impressionnant trou à une trépanation.

On ignore encore tout de la fonction originelle de Notre-Dame-sous-Terre

Voilà en tout cas une dizaine d’années que le recours à de nouvelles technologies comme l'archéométrie (un panel de méthodes d'analyses chimiques et physiques) reposant sur la thermoluminescence (méthode de datation avec des minéraux cristallins) ou encore l'archéomagnétisme (autre méthode de datation grâce à l'enregistrement des variations du champ magnétique terrestre) ont permis en datant les murs de déterminer avec certitude que Notre-Dame-sous-[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi