La pochette de "Nevermind" de Nirvana accusée de pédopornographie: la plainte peut-elle aboutir?

·3 min de lecture
La pochette de l'album
La pochette de l'album

Spencer Elden obtiendra-t-il la justice (et les dommages et intérêts) qu'il réclame? Cet Américain de 30 ans, célèbre pour être le bébé nu sur la pochette de l'album Nevermind de Nirvana, a porté plainte mardi à Los Angeles pour pédopornographie. L'homme, désormais adulte, avance que son identité et son nom "sont à jamais liés à l’exploitation commerciale" de cette image "à caractère sexuel", et que celle-ci lui a causé "une vie de souffrance".

Cette plainte vise les membres encore vivants du groupe Nirvana, mais aussi plusieurs maisons de disques, des directeurs artistiques et la succession de Kurt Cobain, à savoir Courtney Love. Spencer Elden réclame désormais 150.000 dollars (environ 128.000 euros) à chacun des 15 accusés. Mais à en croire un certain nombre d’experts juridiques interrogés par le Hollywood Reporter, sa plainte est susceptible d’être rejetée.

Bryan Sullivan, spécialiste en litige chez Early Sullivan, estime que ce procès est "ridicule". D'après la plainte, les parents d'Elden n'ont jamais signé de document autorisant "l'utilisation des photographies de Spencer ou de son image, et certainement pas pour l'exploitation commerciale d'images à caractère pédopornographique de sa personne". Mais pour Sullivan, même s’il n’existe pas d’accord écrit pour l'utilisation de cette image (ce qui n'a pas encore été prouvé), les réclamations d’Elden ne sont pas assez solides.

"Je pense qu’il est très peu probable qu’une maison de disques utilise une photo pour la couverture d’un album, sans vérifier au préalable l’existence d’un contrat signé par les parents", a-t-il dit. "Mais, s’il n’y a pas effectivement pas de contrat, cela ne signifie pas non plus qu'on peut parler de pédopornographie."

Interviews et photos rendant hommage au disque

L'expert ajoute qu'en ce qui concerne "le droit à la vie privée", Spencer Elden a pu faire une croix dessus à partir du moment où ses parents ont accepté qu'il soit pris en photo. Selon lui, le jeune homme n'a pas aidé son cas en reproduisant la fameuse pochette à plusieurs reprises au cours des dernières années. Cela a notamment été le cas en 2016: Spencer Elden avait célébré le 25e anniversaire du disque en reproduisant la photo culte - sans billet accroché à une canne à pêche et en maillot de bain, et avec "Nevermind" tatoué sur le torse.

Andrew Brettler, avocat dans le domaine du divertissement, a confirmé que cela n'allait pas jouer en la faveur du plaignant. "Je pense que ce qui condamne vraiment cette affaire, c’est le fait que ce gamin a répondu à plein d'interviews sur le sujet, et a même recréé la pochette de l'album."

En 2015, Spencer Elden avait notamment raconté au Guardian que ses parents avaient donné leur autorisation pour le shooting photo, et assuré que cela "lui avait ouvert des portes". "Ils ont été payés 200 dollars et sont allés manger des tacos après. Et voilà", avait-il expliqué.

"Le photographe, Weddle, avait shooté plusieurs bébés pour trouver la bonne image, et ils ont fini par me choisir. Je pense que c’est à cause de mon pénis — beaucoup d’autres bébés étaient des filles. De plus, la pose semblait très naturelle. Je suis heureux qu’ils m’aient choisi moi."

Depuis sa sortie en 1991, Nevermind s'est écoulé à plus de 30 millions d'exemplaires à travers le monde. Si Spencer Elden n'a jamais touché un centime grâce à sa présence sur la pochette, son avocate assure que l'argent n'est pas ce qui l'a motivé à porter plainte. "Pour Spencer Elden, ce n'est pas une question d'argent, c'est une question de respect de son intimité", a affirmé Maggie Mabie sur CNN.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles