Publicité

Plongez dans les entrailles de la Mer de glace, gigantesque glacier mais aussi fournisseur d'électricité

Au-dessus de Chamonix, au coeur de la montagne, les ingénieurs sont parvenus à capter l'eau de fonte saisonnière du glacier de la Mer de glace. Elle est utilisée pour faire fonctionner le site hydroélectrique des Bois dont la production d’électricité correspond à la consommation en un an de 50.000 personnes. Reportage.

La neige est rare en ce début février. Le coin, pourtant, est l’un des hauts lieux du ski en France. Chamonix-Mont-Blanc est célèbre dans le monde entier pour ses pistes et sa riche histoire dans le domaine des sports de glisse. C’est là qu’en 1924 se sont déroulés les premiers jeux Olympiques d’hiver.

Mais 100 ans plus tard, le mois de février est anormalement chaud. La parcimonie des quelques amas de neige qui saupoudrent de-ci, de-là, l’esplanade du téléphérique des Bois ne sont pas de saison. Au moins, ils n’entravent pas l’accès à la cabine…

Un tunnel de plusieurs kilomètres dans la montagne

Précision : les pistes sont loin et le téléphérique des Bois n’a pas pour vocation de transporter les skieurs. L’unique cabine a été installée pour l’usage exclusif des professionnels : elle permet aux équipes d’exploitation et d’ingénierie d’EDF et aux entreprises spécialisées de décoller de ce quartier de Chamonix, à 1080 mètres d’altitude, pour atteindre une béance creusée dans la montagne, quelques centaines de mètres plus haut. À 1420 mètres, ce trou est parfaitement visible quand, de la cabine encore à l’arrêt, je lève les yeux vers la façade rocheuse. Terminus du voyage d’une dizaine de minutes, c’est le point d’entrée pour cheminer dans un tunnel long de plusieurs kilomètres. Son issue ? Aussi ambitieuse que trouver la marmite d’or au pied de l’arc-en-ciel : la galerie doit nous mener juste en dessous du glacier de la Mer de glace.

Au contact du sous-bassement du glacier, EDF fait le captage de l’eau de fonte de la Mer de glace : la glace devenue liquide quand les températures s’y prêtent forme un torrent dont le flux tombe comme une cascade sur la turbine du site hydroélectrique des Bois, installé en amont. Sa production d’électricité correspond à la consommation annuelle de 50.000 personnes, grosso modo cinq fois la population de la ville de Chamonix.

Ce dispositif de captage sous glaciaire est une rareté. Il en existe un autre, pas loin, sous le glacier d’Argent[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi