Play (Canal+) : Quand Max Boublil s'inspire de ses souvenirs de jeunesse

·1 min de lecture

"Aujourd’hui, c’est un jour un peu spécial : je crois que j’ai besoin de tout revoir depuis le début", déclare, dans la scène d’ouverture, Max (Max Boublil), 38 ans, en découvrant des dizaines de VHS éparpillées sur son bureau. À 13 ans, en 1993, il reçoit un Caméscope de ses parents (Noémie Lvovsky et Alain Chabat, impeccables). Fasciné par la caméra, il n’a plus cessé de filmer : ses copains, ses premières amours, ses boums, ses plus grosses gaffes et ses succès. Des années 90 à 2010, cet accro de la vidéo a compilé, sur des dizaines de cassettes, la chronique de son existence.

À lire également

Les gamins (TMC) : L'histoire vraie derrière la comédie avec Alain Chabat et Max Boublil

Épaulé par son ami le réalisateur Anthony Marciano, Max Boublil, coscénariste du film, nous immerge dans l’intimité d’un adolescent, né, comme lui, en 1979. Et sous des dehors potaches, ses séquences vidéo relatent les plus grands événements et faits de société, heureux ou dramatiques, vécus par sa génération : la Coupe du monde de football de 1998, le passage à l’an 2000, mais aussi la montée de l’extrême droite et la précarisation de la jeunesse. Si, en matière d’émotion et de nostalgie, cette comédie vise juste, c’est que l’humoriste y a livré en nombre ... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi