Publicité

Un plat en or du IIIe siècle : à Marseille, l’origine du « trésor de Lava » au cœur d’un procès

La prise du pactole remonte à près de 40 ans. Depuis ce lundi 29 janvier, Félix Biancamaria, 67 ans, son ami et complice présumé, Jean-Michel Richaud, 68 ans, font face au tribunal correctionnel de Marseille. Les deux sexagénaires sont jugés pour « recel » et « détention » d’un plat en or incurvé datant de l’antiquité romaine et estimé jusqu’à huit millions d’euros, selon la Provence.

Pour comprendre l’affaire, il faut remonter en 1985, dans le golf de Lava, à 17 kilomètres au nord d’Ajaccio. En pêchant des oursins avec son frère Ange et un ami, Félix Biancamaria avait découvert cette année-là les premières pièces en or de ce trésor du IIIe siècle, aux effigies des empereurs romains Gallien, Claude II, Quintille et Aurélien.

Sur terre, le trésor vaut de l’or

Interpellé en 2010 en possession du magot, Félix Biancamaria et son présumé complice ont soutenu que le trésor avait été découvert sur la terre ferme. Une précision qui a son importance. Car si le plat en or incurvé de 25 cm de diamètre a été découvert dans l’eau, abîmé en mer, il appartient intégralement à l’État. En revanche, s’il est d’origine terrestre, celui qui le découvre a légalement droit à 50 % de sa valeur.

À lire aussi Pourquoi la Seine regorge de trésors du passé

Les conseils des prévenus, Mes Amale Kenbib et Anna-Maria Sollacaro, ont soutenu cette thèse face au juge, affirmant que « le plat en or est issu d’un site romain implanté proche du golfe et non d’une galère ayant navigué au large de l...


Lire la suite sur ParisMatch