Le plan de refondation de l'école de Peillon dévoilé

Le ministère de l'Education a terminé la rédaction du projet de loi pour la refondation de l'école, priorité du quinquennat, selon le texte dont l'AFP a eu connaissance mercredi 5 décembre, cinq mois après le lancement de la concertation.

Le texte sera présenté en Conseil des ministres fin janvier. Avant, il doit être examiné notamment par le Conseil d'Etat et le Conseil économique social et environnemental (CESE), car il s'agit d'une loi d'orientation et de programmation.

Retour à la semaine de 4,5 jours

La réforme des rythmes scolaires engagée par Vincent Peillon ne passe pas par la loi, mais fera l'objet d'un décret. Le passage à la semaine de 4,5 jours en primaire se fera à la rentrée 2013 ou 2014 selon les communes. La durée de l'année scolaire reste à 36 semaines à la rentrée 2013, mais pourra évoluer au cours des prochaines années.

Le projet de loi, qui comporte 53 articles, modifie le Code de l'éducation. Il comprend une annexe expliquant les enjeux de la refondation et des réformes qui ne passent pas toutes nécessairement par la loi.

60.000 nouveaux postes

Cette annexe sera également débattue au Parlement. Elle détaille les 60.000 créations de postes promises par François Hollande sur le quinquennat (54.000 pour l'éducation nationale, 5.000 pour l'enseignement supérieur, 1.000 pour l'enseignement agricole).

Le projet de loi érige en priorité l'accueil des enfants de moins de trois ans en maternelle dans les zones défavorisées. Pour ce faire, le ministère prévoit de mobiliser 3.000 postes sur le quinquennat.

Il crée les Ecoles supérieures du professorat et de l'éducation (ESPE) destinées à rétablir une formation initiale des (...)

Lire la suite sur Le Nouvel Observateur

Le plan de refondation de l'école de Peillon dévoilé
Vincent Peillon va créer un Comité qui existe déja
Le plan de lutte de Peillon contre le décrochage scolaire
Rythmes scolaires : Peillon accepte de réunir une table ronde
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.