La Planète des singes : Les Origines (C8) Andy Serkis : "C'est sans doute ce que j’ai fait de plus subtil dans ma carrière"

·1 min de lecture

En 1968, La Planète des singes, avec Charlton Heston en tête d’affiche, rencontre un immense succès. Et gagne ses galons de film culte. Les fabuleux maquillages des acteurs grimés en singes y sont pour beaucoup. En 2011, cette nouvelle version à grand spectacle est, comme l’original, un choc cinématographique. Cette fois, par la magie du numérique, les gorilles et les chimpanzés sont d’un réalisme stupéfiant. Il s’agit là d’une prouesse technologique que l’on ne peut dissocier du talent d’un homme, le comédien britannique Andy Serkis, pionnier de la motion capture. C’est lui qui se cachait sous les traits de Gollum, la créature aux yeux globuleux du Seigneur des anneaux, et du King Kong de Peter Jackson. L’acteur est considéré comme le boss de la performance capture (la version améliorée de la « Mocap »). Ne l’appelle-t-on pas le Laurence Olivier de la discipline ? Dans cette nouvelle version en forme de prologue, comme son titre l’indique, Serkis incarne César, un jeune chimpanzé qui a reçu un

... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi