Publicité

"Un plaisir à la haine" : sur Gérard Depardieu, Marlène Jobert a un avis à contre-courant

Pour Paris Match, Marlène Jobert est revenue sur l'affaire Gérard Depardieu. Et elle donne un avis à contre-courant.

Elle fait partie de ses artistes qui ont tourné avec les plus grands cinéastes des années 70-80. Marlène Jobert a côtoyé Louis Malle, Michel Audiard, Jean-Louis Godard ou Claude Chabrol… Un monde du cinéma qui est aujourd’hui le théâtre de la libération de la parole des femmes, qui dénoncent l’emprise qu’ont certains acteurs ou réalisateurs sur elles. Interrogée à ce sujet, Marlène Jobert est revenue sur l’affaire Depardieu. Et elle donne un avis assez à contre-courant. « Faut-il se ­prononcer sans essayer d’en savoir un peu plus sur ceux que l’on condamne ? On a ­tendance à juger et à dénoncer trop vite et, ­parfois, pour se mettre en valeur. Quel plaisir peut-on trouver à s’acharner sur quelqu’un ? Il y a, dans cette époque, un plaisir de la haine qui m’effraie et m’attriste terriblement. », confie-t-elle.

Marlène Jobert s'exprime sur l'affaire Depardieu

Toutefois, elle reconnaît le mouvement #MeToo « est incontestablement une grande avancée ». « J’ai eu la chance de n’avoir jamais été importunée par des metteurs en scène, même à mes débuts. J’imagine sans peine la rancœur sourde qui ronge les victimes et brise leur vie. », explique-t-elle à Paris Match. Concernant Gérard Depardieu, Marlène Jobert indique l’avoir connu très jeune, dès « son premier grand rôle au cinéma dans “Pas si méchant que ça” de Claude Goretta (en 1974, ndlr.) » « Il n’a jamais eu le moindre geste déplacé vis-à-vis (...)

Lire la suite sur Closer

TÉMOIGNAGE. “J’ai compris que j’étais une sociopathe quand j’ai poignardé un camarade avec un crayon”
Mort de Gaspard Ulliel : son déchirant dernier message à Léa Seydoux avant son accident de ski
Meghan Markle "plus royale que starlette" : ces signes qui ne trompent pas
Mort d’Emile : des terribles détails sur la façon dont ses parents ont appris le drame
Cancer de Kate Middleton : sa vidéo d’annonce dévastatrice, un “mensonge d’État” ?