Publicité

La plainte en diffamation de Jonathann Daval contre la famille d'Alexia classée sans suite

Celui qui a été condamné pour le meurtre de son épouse Alexia avait initialement déposé une plainte pour "diffamation publique", visant des propos tenus par son ex-belle soeur et son ex-belle mère dans une série diffusée sur Canal +. Le parquet de Vesoul a finalement indiqué que Jonathann Daval ne souhaite "plus causer de tort, avec une nouvelle plainte, à la famille Fouillot".

La plainte en diffamation déposée par la défense de Jonathann Daval, condamné à 25 ans d'emprisonnement pour le meurtre de son épouse Alexia, contre la mère et la soeur de cette dernière, a été classée sans suite, a annoncé mardi le parquet de Vesoul.

La procédure ouverte pour diffamation a été "classée sans suite pour défaut de plainte préalable", Jonathann Daval ne souhaitant "plus causer de tort, avec une nouvelle plainte, à la famille Fouillot", précise le procureur Arnaud Grécourt dans un communiqué.

Le 19 février, les avocats de monsieur Daval avaient déposé une plainte auprès du procureur de la République de Vesoul pour "diffamation publique", visant des propos tenus par Isabelle Fouillot et Stéphanie Gay, la mère et la soeur d'Alexia, dans le quatrième épisode de la série télévisée intitulée 'Alexia notre fille' et diffusée par la chaîne Canal+.

"Dès réception de cette plainte, une enquête était ordonnée. Il ressort de l'audition de monsieur Jonathann Daval, réalisée par les services de gendarmerie, que celui-ci n'a pas visionné le documentaire" et qu'il "ne souhaite pas déposer plainte contre Isabelle Fouillot et Stéphanie Gay", précise le procureur.

"Aucune poursuite pénale ne peut être exercée"

La loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse - qui prévoit et sanctionne la diffamation - "fait de la plainte de la personne diffamée une condition préalable indispensable à l'exercice des poursuites", relève Arnaud Grécourt.

Or, "compte tenu de la volonté de monsieur Jonathann Daval, exprimée "à plusieurs reprises", de ne pas déposer plainte pour ces faits de diffamation", "aucune poursuite pénale ne peut être exercée", selon le magistrat.

Selon Me Randall Schwerdorffer, son client a changé d'avis entre le dépôt de plainte initial et le moment de son audition par les gendarmes. "Je pense que l'hystérie qu'il y a eu après ce dépôt de plainte l'a affecté et qu'il souhaite que ça s'arrête", a-t-il déclaré.

Selon la plainte initialement déposée, Isabelle Fouillot et Stéphanie Gay présentaient dans la série "une version inédite de l'affaire, en accusant de façon univoque Jonathann Daval d'avoir délibérément empoisonné son épouse pour provoquer la fausse couche" et "pour 'la rendre folle' et provoquer des malaises".

Or ces éléments sur un éventuel empoisonnement d'Alexia Daval avaient été écartés lors du procès devant la cour d'assises de la Haute-Saône. La plainte dénonçait "une volonté de présenter au public l'affaire Daval sous un angle inexact" dans le but "de nuire" à Jonathann Daval.

Jonathann Daval à nouveau jugé le 10 avril

Ce dernier comparaîtra par ailleurs le 10 avril devant le tribunal correctionnel de Besançon pour dénonciation calomnieuse à l'encontre de sa belle-famille, notamment pour avoir accusé son beau-frère d'être l'auteur du meurtre d'Alexia, avant de reconnaître son mensonge.

Jonathann Daval a étranglé son épouse de 29 ans en 2017 à leur domicile de Gray-la-Ville (Haute-Saône), avant de brûler son corps dans un bois. Pendant trois mois, Jonathann Daval avait montré le visage d'un veuf éploré dans les médias, avant d'être confondu, en pleine vague #MeToo.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Thomas Chagnaud : "Il n'ont pas accepté que celui qui a tué leur fille est celui qui était leur fils "