Publicité

Pierre Palmade: comment va se dérouler le placement en détention provisoire du comédien?

Le comédien Pierre Palmade lors d'une répétition d'une pièce de théâtre, le 21 septembre 2005 au Théâtre des Variétés à Paris. - JACQUES DEMARTHON / AFP
Le comédien Pierre Palmade lors d'une répétition d'une pièce de théâtre, le 21 septembre 2005 au Théâtre des Variétés à Paris. - JACQUES DEMARTHON / AFP

Rebondissement dans l'affaire Palmade. La cour d'appel de Paris a ordonné ce lundi le placement en détention provisoire du comédien, jusqu'ici assigné à résidence au service addictologie de l'hôpital Paul-Brousse de Villejuif, après le grave accident de la route qu'il a provoqué sous l'emprise de la cocaïne le 10 février.

Les trois magistrats de la chambre de l'instruction ont ainsi suivi les réquisitions du parquet général, se fondant sur le risque de réitération et la nécessité de préserver les investigations en cours, d'après les informations de RMC.

"La chambre de l'instruction a ordonné le placement en détention provisoire de Pierre Palmade et décerné mandat de dépôt", est-il indiqué dans un communiqué du parquet général de la cour d'appel de Paris.

"La mise en œuvre de ce mandat relève désormais de la compétence du procureur de la République de Melun, auquel il va être transmis accompagné de la décision immédiatement exécutoire", précise-t-il.

Avis médical

Cela signifie que le procureur de la République de Melun va devoir apprécier le moment à partir duquel l'état de santé de Pierre Palmade, victime d'un accident vasculaire cérébral samedi, sera compatible avec un placement en détention provisoire.

"Une expertise médicale devrait être demandée par l'avocate de Pierre Palmade afin que des médecins, experts auprès de la cour d'appel, émettent un avis sur la compatibilité de l'état de santé de Pierre Palmade avec son incarcération", commente sur BFMTV Hector Lajouanie, avocat.

Samedi soir, le comédien a été victime d'un accident vasculaire cérébral (AVC) nécessitant son transfert du service addictologie à l'hôpital Paul-Brousse - où il était assigné sous surveillance électronique - à l'hôpital du Kremlin-Bicêtre afin de recevoir des soins spécifiques. Son pronostic vital n'est pas engagé, rapportent le Journal du Dimanche et Le Parisien, mais l'AVC "n'est pas sans conséquence" sur son état de santé, selon nos informations.

Trouver un établissement pénitentiaire

Pour cette raison, le procureur de la République de Melun pourrait finalement décider de ne pas incarcérer Pierre Palmade, estime Éric de Caumont, avocat spécialisé dans le droit routier. "Il ne va pas aller en prison tant que les médecins diront que son état de santé n'est pas compatible avec une incarcération. Cela va peut-être prendre des semaines, voire des mois, selon les conséquences de son AVC. Pour moi, la décision de la chambre de l'instruction est une décision purement médiatique".

Olivier Pardo, avocat et ancien magistrat, tempère néanmoins en rappelant qu'une situation similaire a déjà été observée dans l'affaire Balkany. "Isabelle Balkany devait être incarcérée (après une condamnation pour fraude fiscale, NDLR) mais le corps médical a jugé son état de santé incompatible avec la détention", souligne-t-il.

"Elle avait d'abord été victime du Covid, puis d'une tentative de suicide et ensuite d'un cancer", abonde Me Lajouanie.

En attendant l'avis des médecins, BFMTV a appris - de source proche du dossier - que le mandat de dépôt a d'ores et déjà été adressé à la prison de Fresnes afin que l'établissement prenne ses dispositions pour accueillir, éventuellement, le comédien. Cette enceinte pénitentiaire dispose, en effet, d'une unité hospitalière qui permettrait d'apporter les soins nécessaires à Pierre Palmade concernant son AVC, mais aussi pour poursuivre le sevrage qu'il a entamé le 17 février à l'hôpital Paul-Brousse.

Une décision "choquante"

"La prison de Fresnes dépend de l'hôpital du Kremlin Bicêtre pour les soins somatiques, et de Paul Guiraud à Villejuif pour les soins psychiques, donc en principe, la prise en charge médicale peut se faire en toute continuité", explique sur notre antenne Joaquim Pueyo, ancien directeur des prisons de Fresnes et Fleury-Mérogis.

Et d'ajouter: "Cela signifie que des médecins hospitaliers sont présents, parfois à temps plein, dans le service pénitentiaire."

Toutefois, l'avocat Hector Lajouanie se dit "choqué" de la décision de placer le comédien en détention provisoire. "La justice n'a pas les moyens de ses prétentions. Elle extrait quelqu'un d'un hôpital où il est suivi, pour le placer en détention provisoire où les soins sont totalement défaillants. Les soins ne seront jamais aussi bons au sein de la détention provisoire qu'à l'extérieur", déplore-t-il.

Article original publié sur BFMTV.com