Publicité

Pierre et Frédérique de « L’Amour est dans le pré » : confidences sur leur quotidien d’agriculteurs

Paris Match. Comment allez-vous ?
Pierre : Nous allons bien. Nous suivons l’actualité agricole avec intérêt.
Frédérique : Nous sommes soulagés de voir que quelques réponses ont été apportées à la crise agricole. Même si ça ne concerne pas toutes les filières.

Qu’avez-vous pensé de la réaction du gouvernement et de ses annonces ?
Pierre : Il y a eu de la réactivité. On sent que ce sont des aides filière par filière. Or c’est important de ne pas diviser le monde agricole. Je crois que proposer une année blanche pour les remboursements de crédit aurait été une mesure intéressante.

« Cette année, toutes les filières ont eu un problème »

Vous-même vous avez connu des difficultés ?
Pierre
: Nous sommes à la fois vignerons et céréaliers. On connaît aussi des éleveurs. Il y a toujours une année où il y a une difficulté sur une activité mais où une autre s’en sort mieux. Nous, on fait de la pépinière de peupliers, de la céréale bio, de la vigne… Cette année, toutes les filières ont eu un problème. Une année blanche donnerait un message égalitaire à tous les agriculteurs, le petit, le gros, le céréalier, l’éleveur, le viticulteur… Même si on est d’accord que ça ne résout pas le problème sur le long terme.
Frédérique : Voilà, on fait notre appel pour une année blanche (rires).

C’est un geste que vous auriez apprécié pour vous ?
Pierre :
Je vous avoue qu’on ne serait pas contre. Entre le gel et la grêle, pour nous c’est vraiment la nature qui a été violente dans le Gers. Malgré des as...


Lire la suite sur ParisMatch