Publicité

Des pics à 20°C: des records de chaleur dans le nord des États-Unis et au Canada pour un mois de février

Des records de chaleur saisonniers ont été enregistrés cette semaine au Canada et dans le nord des États-Unis, où le thermomètre a parfois atteint des températures "estivales" en plein mois de février.

Dans le centre des États-Unis, des températures anormalement élevées en début de semaine doivent être suivies par une chute brutale du thermomètre, avant de retrouver des niveaux au-dessus de la normale par la suite, selon les services météo nationaux (NWS).

Ils ont qualifié ces fluctuations de "montagnes russes".

Le 27 février jour le plus chaud à Chicago

Mardi devait marquer à Chicago "le jour le plus chaud jamais enregistré en février ou durant l'hiver météorologique", avec des pics dans les 20°C, ont déclaré sur X les services météo locaux.

Mais dès ce mercredi matin, les températures devaient redevenir négatives, un changement qui promet d'être "absolument brutal", ont-ils ajouté. "Nous sommes embarqués dans un furieux tour de manège météorologique, avec une météo estivale (record de chaleur), printanière (violentes tempêtes) et hivernale (neige/froid), le tout dans les 24 heures à venir!"

Plusieurs records de chaleur ont été enregistrés la veille, comme à Saint-Louis dans le Missouri ou dans les villes jumelles de Minneapolis et Saint-Paul dans le Minnesota, plus au nord. Dans ces dernières, une température d'un peu plus de 18°C a été enregistrée lundi, un record pour le mois de février.

Le Texas a lui aussi expérimenté des températures inhabituelles: à Dallas, il a fait près de 33°C lundi, un record pour un 26 février. Les services météo locaux ont alerté d'un danger de départ de feux.

Des températures "hors normes" au Canada

Dans l'est du Canada, au Québec comme en Ontario, plusieurs records de température ont aussi été battus mardi. Il n'avait jamais fait aussi chaud à Montréal un 27 février (15°C) depuis que les températures sont recensées, a indiqué Environnement Canada, en charge des relevés météorologiques.

"C'est hors norme pour la fin février", a reconnu Michèle Fleury, météorologue pour cette agence, rappelant que le précédent record était de 11°C en 2000.

Le mois dernier avait été le mois de janvier le plus chaud jamais enregistré dans le monde, selon les agences de référence américaine NOAA et européenne Copernicus. Et un record pour un mois de février pourrait très bien suivre, selon les experts. L'analyse des températures moyennes enregistrées en février par NOAA sera disponible le 8 mars concernant les États-Unis, et le 14 mars pour le monde.

Le phénomène climatique El Niño, actuellement présent et qui a tendance à réchauffer les températures mondiales, devrait peu à peu s'estomper au printemps, selon l'agence américaine. Mais la tendance de fond au réchauffement mondial observé est clairement attribué par les scientifiques au changement climatique, provoqué par l'émission de gaz à effet de serre.

Article original publié sur BFMTV.com