Publicité

Cette phrase de Gabriel Attal lue par Bruno Le Maire devant le Sénat a beaucoup fait rire

Alors que Gabriel Attal prononçait sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire était chargé de lire le texte aux sénateurs.
Sénat Alors que Gabriel Attal prononçait sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale, le ministre de l’Économie Bruno Le Maire était chargé de lire le texte aux sénateurs.

POLITIQUE - C’est une règle curieuse : lorsque le Premier ministre fait sa déclaration de politique générale à la tribune de l’Assemblée nationale, un autre membre du gouvernement doit, au même moment, lire le même texte devant le Sénat. C’est ce qu’il s’est passé ce mardi 30 janvier. Alors que Gabriel Attal présentait son programme aux députés, un discours très attendu en pleine crise agricole, c’est le ministre de l’Économie qui a été envoyé au palais du Luxembourg.

Avec sa déclaration de politique générale, Gabriel Attal achève sa mue à droite devant l’Assemblée

Salaires, logement, agriculture… Bruno Le Maire, N °2 du gouvernement, a donc égrainé les mesures annoncées par le Premier ministre au même moment, et donné le cap de la nouvelle équipe gouvernementale. En suivant le texte de Gabriel Attal au mot près… y compris lorsque ce dernier a parlé de lui-même.

« Je suis né en 1989 », a ainsi lancé le locataire de Bercy au détour d’une tirade sur « l’avenir ». Une déclaration cocasse de la part du ministre en réalité né en 1969, vingt ans plus tôt que Gabriel Attal, le plus jeune chef du gouvernement de la Ve République. L’incongruité de la scène n’a pas échappé aux sénateurs qui ont ri aux éclats et interrompu le ministre, comme vous pouvez le voir dans l’extrait ci-dessous.

« Moi non, mais allez-y monsieur le ministre », a repris dans un rire le président du Sénat Gérard Larcher. « Si seulement… », a ajouté Bruno Le Maire, amusé, avant de reprendre le fil de son discours.

Bruno Le Maire s’était déjà prêté à l’exercice le 6 juillet 2022, lorsqu’il avait lu au Sénat la déclaration de politique générale d’Élisabeth Borne.

À voir également sur Le HuffPost :

RSA, Smic, assurance chômage… Toutes les annonces de Gabriel Attal pour atteindre le « plein-emploi »

Face à la colère des agriculteurs et aux menaces de blocages, la Macronie fixe une (gentille) ligne rouge