Publicité

Photographier l’intimité d’un accouchement

La source

Die Zeit est “la” publication allemande de référence. Pointu et exigeant, ce (très) grand journal d’information et d’analyse politique, situé à Hambourg, paraît tous les jeudis. Il a été créé en 1946 dans la zone d’occupation britannique, après la défaite allemande au terme de la Seconde Guerre mondiale. Il appartient au groupe Holtzbrinck.

Toutes les semaines, nous publions un contenu de la série “En vrai, c’est comment”, qui présente de courts témoignages de personnes qui ont raconté à Die Zeit ce qui les enthousiasme dans leur métier ou leur passion.

Pour ma première naissance, nous nous sommes retrouvés à cinq dans une minuscule salle de bains : la mère dans la baignoire, le père et la sage-femme juste à côté, la Protokollschreiberin [personne chargée de rédiger le compte rendu] assise sur les toilettes et moi, quelque part au milieu avec mon appareil photo.

Il faisait extrêmement chaud et il faisait de plus en plus sombre dehors. Mais j’étais venue pour documenter le moment, pas question de modifier l’environnement.

En réalité, j’ai fait des études de graphisme. Il y a onze ans, une amie américaine m’a envoyé des photos de son accouchement. On y voyait les parents sur un lit, qui se tenaient les mains, le front l’un contre l’autre.

Cette intimité m’a complètement bouleversée. J’ai tout de suite su que c’était le genre d’images que je voulais faire.

PHOTO Jennifer Schäufelin
PHOTO Jennifer Schäufelin

En 2020, j’ai enfin trouvé une formation adéquate et peu de temps après, je faisais ma première photo de naissance.

Il y a des gens qui sont bouleversés dès qu’ils découvrent le test de grossesse positif. Pour certains couples, la naissance est un moment merveilleux dont ils veulent conserver le souvenir.

Regards et émotions

Bon nombre aspirent aussi à plus de liberté que ce qui est permis à la maternité, donc je photographie surtout des naissances à la maison.

PHOTO Jennifer Schäufelin
PHOTO Jennifer Schäufelin

On me dit souvent : “C’est un moment si intime, je ne voudrais pas qu’une personne inconnue y assiste.”

Je pense que cette pudeur vient d’abord de la sexualisation du corps de la femme dans notre société. Mais une naissance n’a rien de sexuel.

[...] Lire la suite sur Courrier international