Photo souvenir. Et le roi rencontra sa fille : en Belgique, la fin d’un long feuilleton

Courrier international (Paris)
·2 min de lecture

Il a fallu sept ans de procédure judiciaire à Delphine pour contraindre l’ancien roi Albert II à reconnaître sa paternité et ainsi obtenir le titre de princesse. Le plus inattendu est sans doute le happy end annoncé ce 27 octobre par le palais, avec la diffusion d’une photo montrant la princesse aux côtés de son père et de sa belle-mère.

“Voilà, la boucle est bouclée”, se réjouit Le Soir. “Au bout de cinquante-deux ans, c’est donc finalement possible”, ajoute Het Nieuwsblad. Comme la plupart des médias belges, ces deux journaux commentent ce 28 octobre la photo diffusée la veille par le palais. On y voit l’ancien roi Albert II (86 ans), sa femme, Paola, ainsi que sa fille Delphine, née d’une union extraconjugale, tous les trois réunis au château du Belvédère, à Bruxelles, dimanche dernier.

Longtemps reniée par son père, celle qui s’appelait jusqu’à il y a peu Delphine Boël a décidé de recourir à la justice en 2013 pour contraindre l’ancien souverain à se soumettre à un test ADN et à reconnaître sa paternité. Ce qu’il a fini par faire, de bien mauvaise grâce.

Allant jusqu’au bout de sa démarche, Delphine a demandé à se voir attribuer le titre de princesse et le nom “de Saxe-Cobourg” – ce que la justice lui a accordé le 1er octobre dernier.

Le temps du pardon

Un certain doute planait sur la réaction du palais, mais il n’a pas duré bien longtemps, puisque le 15 octobre on apprenait que le roi Philippe avait reçu sa sœur, la désormais princesse Delphine. Et, coup de théâtre, leur père lui a emboîté le pas.

À lire aussi: Famille. En rencontrant sa demi-sœur Delphine, le roi des Belges tourne la page du scandale

Dans un communiqué

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :