Philippines : des centaines de répliques après un violent séisme

AFP - Ricardo Raguini

Plus de 800 répliques ont été enregistrées depuis que le séisme principal a frappé, dont 24 suffisamment fortes pour être ressenties.

Le nord des Philippines a été secoué dans la nuit de mercredi à jeudi par des centaines de répliques après un violent séisme, poussant des habitants angoissés à dormir hors de chez eux.

Au moins cinq personnes ont été tuées et plus de 150 blessées par un tremblement de terre de magnitude 7 qui a frappé le 27 juillet la province d'Abra (nord). Ce puissant séisme a détruit des bâtiments et déclenché des glissements de terrain, faisant même trembler les immeubles jusque dans la capitale Manille, à 300 km de là.

"Des répliques se produisent presque toutes les 15, 20 minutes depuis hier", a déclaré Reggi Tolentino, propriétaire d'un restaurant à Bangued, la capitale régionale. "Beaucoup ont dormi dehors la nuit dernière, presque toutes les familles", a-t-il ajouté. Des familles ont reçu des tentes pour s'y abriter.

Plus de 800 répliques

Le 28 juillet, le président des Philippines Ferdinand Marcos Jr est arrivé dans la province pour constater les dégâts, selon la télévision du palais présidentiel qui a diffusé en direct sur Facebook sa rencontre avec des responsables locaux. Il a a exhorté les habitants à attendre que leurs foyers soient inspectés avant d'y retourner.

Plus de 800 répliques ont été enregistrées depuis que le séisme principal a frappé, dont 24 suffisamment fortes pour être ressenties, a indiqué l'agence sismologique locale. Les répliques devraient se poursuivre pendant "plusieurs semaines", a déclaré Renato Solidum, directeur de l'Institut philippin de volcanologie et de sismologie, lors d'un briefing présidé par Marcos Jr. Il y en aura "beaucoup" dans les trois premiers jours, puis "j'espère que ça diminuera par la suite", a-t-il dit.

Tourisme impacté

A Abra, qui a subi toute la force du séisme, les dégâts ont été "très minimes", a déclaré à l'AFP le colonel Maly Cula, chef de la police. "Nous n'avons pas beaucoup de personnes dans les sites d'évacuation bien que beaucoup de gens restent dans les rues à cause des répliques", a déclaré M. Cula.

Dans la vill[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles