Publicité

Les Philippines et les États-Unis se préparent au “plus grand exercice militaire conjoint à ce jour”

Le rendez-vous n’est pas nouveau entre les deux alliés. Mais, relève le Philippine Daily Inquirer, le Balikatan (“épaule contre épaule” en tagalog, une des langues parlées aux Philippines) que les armées philippine et américaine conduiront cette année sera “le plus grand exercice militaire conjoint à ce jour”.

Du 11 au 28 avril, quelque 17 600 soldats – dont 12 000 Américains – prendront part à ces exercices. “Près du double par rapport à l’an dernier et les 8 900 hommes mobilisés”, note le quotidien de Manille. Une centaine de militaires australiens et des observateurs des forces japonaises seront également présents.

L’ampleur de la mobilisation n’est pas la seule nouveauté de cette édition 2023. Pour la première fois, souligne ainsi le Philippine Star, les exercices seront conduits en mer et comprendront des tirs réels. “L’armée américaine procédera aussi à son premier exercice de défense aérienne aux Philippines avec des missiles Patriot”, ajoute l’Inquirer.

Carte des zones disputées en mer de Chine méridionale..  Courrier International
Carte des zones disputées en mer de Chine méridionale.. Courrier International

Et les deux armées prévoient de couler un vieux chalutier à quelque 180 kilomètres du récif de Scarborough (Panatag pour les Philippins) revendiqué par Manille, Pékin et Taipei mais occupé par la Chine. “Nous allons couler un navire cible en utilisant une combinaison de tirs d’artillerie navale et d’armes aériennes”, explique le colonel Michael Logico, porte-parole du Balikatan et cité par l’Inquirer.

“Nous allons aussi utiliser des Himars (High Mobility Artillery Rocket System).”

Cet exercice sera conduit depuis la province de Zambales. Une autre partie du Balikatan se déploiera depuis l’île de Palawan, non loin d’autres atolls contestés et, pour la première fois, dans la province d’Ilocos Norte, “une des zones les plus proches de Taïwan”, note la correspondante du Straits Times singapourien à Manille.

“Présence chinoise renforcée en mer de Chine et menace d’une invasion de Taïwan” sont, selon le Philippine Daily Inquirer, les deux axes sous-tendant ces exercices et le renforcement de la coopération militaire entre les deux alliés historiques depuis l’arrivée au pouvoir de Ferdinand Marcos Jr. Même si officiellement, selon le colonel Michael Logico cité par le Straits Times, “nos exercices militaires ne vont pas à l’encontre de la Chine. Nous sommes ici pour nous entraîner, nous sommes ici pour montrer que nous sommes prêts au combat”. Et d’ajouter cependant :

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :