Publicité

Le phallus en bois de Vindolanda ne serait pas un objet à vocation sexuelle

Si sa forme phallique intrigue experts et curieux, les résultats publiés dans Cambridge University Press suggèrent différents usages possibles pour cet objet de l’Antiquité Romaine. L’hypothèse d’un usage sexuel n’est toutefois pas à privilégier.

Ce phallus en bois a été retrouvé dans un fossé à Vindolanda, riche site de fouilles archéologiques aussi appelé le fort romain de Chesterholm, en Angleterre. Trouvé en 1992 parmi 838 objets, il avait été identifié comme un outil pour raccommoder les vêtements. En 2022, il est de nouveau soumis à une expertise dont les conclusions mettent en doute sa fonction d’origine.

Un usage sexuel controversé

"Le phallus de Vindolanda est unique à trois titres", indique Rob Collins, Maître de conférence en archéologie à l’Université de Newcastle et coauteur de la publication, à Sciences et Avenir. Hormis sa taille atypique pour un objet phallique de cette époque, et la rareté de la survie archéologique des objets sculptés en bois dans l’Antiquité, "il n’a pas de fonction évidente ou sans ambiguïté".

Les représentations phalliques étaient très communes chez les Romains. Souvent retrouvée sur des œuvres d’art de toutes sortes (fresques, mosaïques, vases, etc.), l’image du phallus est aussi sculptée dans des petits objets en pierre ou en métal, pendentifs ou amulettes de protection. Ces découvertes élargissent nos connaissances sur les pratiques sexuelles de l’Antiquité. L’on sait par exemple que le godemiché était utilisé "par les hommes et les femmes, de manière individuelle ou collective". Que ce soit à travers la poésie, le théâtre, à des fins gratifiantes ou bien péjoratives, "la notion de plaisir sexuel est quelque chose que l’on retrouve dans la culture romaine", confirme Rob Collins. L’hypothèse d’un usage sexuel pour cet objet ne semble donc pas dénuée de sens.

Pourtant, "y voir un objet sexuel serait une méconnaissance de l’Antiquité romaine", explique Virginie Girod, Docteure en histoire et animatrice d’Au cœur de l’histoire, le podcast d’Europe 1, lors d’un entretien avec Sciences et Avenir. "Les textes antiques décrivent bien l’usage de godemichés, mais en cuir et rembourrés de laine, donc plus souples et appropriés à cet usage". Malheureusement, le caractère périssa[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi