Publicité

“La peur est de retour à Paris” : un attentat au couteau et au marteau fait un mort près de la Tour Eiffel

“La terreur” a de nouveau frappé la capitale française dans la soirée du samedi 2 décembre, note le quotidien italien La Stampa.

L’assaillant, Armand Rajabpour-Miyandoab, un Français né en 1997 de parents iraniens, s’est attaqué à coups de couteau à un touriste de nationalité allemande, qui est décédé, rapporte Der Spiegel. Il s’en est ensuite pris à deux autres personnes à coups de marteau, à proximité du pont de Bir Hakeim enjambant la Seine, les blessant toutes deux.

Selon le tabloïd britannique The Sun, l’une des deux personnes blessées est un touriste de nationalité britannique qui se promenait avec sa femme et son fils sur l’Avenue du Président Kennedy. Il aurait été attaqué à la tête par l’assaillant. Transporté en urgence à l’hôpital, son état serait désormais “stable”, selon le média britannique.

Armand Rajabpour-Miyandoab a été interpellé peu après les faits et placé en garde à vue. Le parquet antiterroriste (Pnat) a indiqué à l’Agence France Presse avoir ouvert une enquête pour assassinat et tentative d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste et pour association de malfaiteurs terroriste criminelle.

Connu pour islamisme radical et troubles psychiatriques, l’agresseur a crié “Allah Akbar” au moment des faits, selon une source policière. Il aurait dit aux policiers l’ayant interpellé qu’il “ne pouvait plus supporter que les musulmans meurent, tant en Afghanistan qu’en Palestine” et aurait aussi déclaré qu’il “en voulait” pour “ce qui se passait à Gaza” et que la France serait “complice de ce que faisait Israël” là-bas, a précisé le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin lors d’un point presse sur place.

“À bout de nerfs”

“La peur” est donc “de retour à Paris”, moins de deux mois après “l’assassinat du professeur” de lycée Dominique Bernard “poignardé à mort par un terroriste islamiste à Arras”, note le Corriere della Sera. Le quotidien italien remarque que comme lors du meurtre de l’enseignant, l’attaquant qui est passé à l’acte samedi était “fiché S” : Rajabpour-Miyandoab avait déjà été interpellé en 2016 par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) pour un projet d’action violente à La Défense. Il avait été condamné à cinq ans d’emprisonnement et était sorti après quatre ans de détention, selon une source policière.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :