Publicité

Peu après le décollage, un avion forcé de faire demi-tour en raison d'un départ de feu dans le cockpit

L'équipage a heureusement repéré le sinistre à temps et a pu procéder à un atterrissage d'urgence pour assurer la sécurité des personnes présentes à bord.

Après avoir senti une odeur de brûlé, le commandant de bord et le co-pilote sont immédiatement passés à l'action (Photo : Getty Images)

Face à une situation inattendue et inquiétante, le pilote a agi exactement comme il le fallait. Le 3 février dernier, un avion de la compagnie Endeavor Air qui devait effectuer la liaison entre Toronto (Canada) et New York (Etats-Unis) a été forcé de rebrousser chemin quelques minutes seulement après le décollage, en raison d'un départ de feu à bord !

D'après les informations du New York Post, 74 personnes au total, en comptant les passagers et l'équipage, se trouvaient à bord de ce Bombardier CRJ-900, qui a décollé de l'aéroport international Pearson à 6h47 du matin. Très rapidement, cependant, le pilote a émis un message d'alerte après avoir repéré une odeur de brûlé d'origine électrique.

Incendie électrique dans le cockpit

"Un incendie, une étincelle ou un feu d'origine électrique vient de se déclarer dans le cockpit. Il semble qu'il soit éteint pour l'instant. Nous demandons l'autorisation de retourner à Toronto immédiatement", a ainsi annoncé le commandant de bord dans un message audio ensuite diffusé sur YouTube.

Devant cette urgence, la tour de contrôle de l'aéroport Pearson a évidemment autorisé l'avion à se poser. A peine 25 minutes après avoir décollé du tarmac, l'appareil a donc atterri au même endroit. A leur descente de l'avion, les membres de l'équipage ont ensuite confirmé qu'il y avait bien eu "un incendie électrique sur le pare-brise côté commandant de bord".

Aucun blessé

Le pilote et le co-pilote avaient alors enfilé en urgence leurs masques à oxygène, pour ne pas se faire intoxiquer par les fumées, et avaient coupé le chauffage du pare-brise, ce qui avait eu pour effet d'éteindre les flammes sur le pare-brise. Personne n'a été blessé dans l'incident et les passagers victimes de ce contretemps ont ensuite été transférés sur d'autres vols.

"Les actions rapides et réfléchies de l'équipage démontrent à quel point la sécurité est ancrée dans tout ce que nous faisons", s'est félicité après coup un porte-parole de Delta Airlines, propriétaire d'Endeavor Air. Nous nous excusons auprès de nos clients pour le retard pris dans leurs projets de voyage le 3 février." La compagnie aérienne a par ailleurs précisé que l'avion concerné avait été remis en circulation deux jours plus tard, après remplacement du pare-brise endommagé et de son unité de chauffage défectueuse.

VIDÉO - Transavia va faire payer les bagages en cabine